Bob McClure : le retour en force

À 0h08, le 15 décembre 2021 Par SALLE DES NOUVELLES/Chris Lomon, Woodbine Communication

Ils n’apparaîtront pas sur sa feuille de statistiques, mais Bob McClure tire le meilleur de ses conduites ces jours-ci.

Par un lundi après-midi ensoleillé à Rockwood, en Ontario, le champion de race Standardbred est dans la voiture, rentrant chez lui après le déjeuner avec son fils Ryder et son collègue James MacDonald.

« Je viens de prendre un bon déjeuner avec James, ce que nous faisons habituellement après les qualifications à Mohawk, et maintenant je rentre chez moi avec Ryder et il savoure une glace. Nous nous sommes promenés dans Guelph pour lui offrir une petite gâterie après le déjeuner. C’est à peu près mes journées en ce moment, Ryder et moi traînons ensemble.

Inactif depuis qu’il s’est fracturé le bras lors d’un accident sur la piste à Woodbine Mohawk Park le 5 novembre, l’homme aux 2 913 victoires en carrière a maintenu un horaire quotidien chargé.

Et même s’il n’offre peut-être pas l’avantage concurrentiel sur lequel il prospère, la vie hors du sulky, temporairement, a noté McClure, a ses avantages.

« Je ne me plains pas de la situation », a déclaré McClure, qui a remporté son premier trophée O’Brien en tant que Conducteur de l’année 2020 au Canada après sa meilleure saison en carrière en termes de gains en bourses. « Nous [avec sa femme, Jody] avons également un autre enfant en route pour mars. Donc, ce sera la dernière chance pour que ce soit juste moi et lui. Il a six ans maintenant et le temps a vraiment passé. Vous voulez tirer le meilleur parti de ces moments ensemble. Et bien que j’aime conduire et que j’aime participer à des compétitions, cette fois la convalescence m’a donné l’opportunité de me lier encore plus avec lui. »

Si les McClure craignaient que Ryder soit jaloux d’accueillir un petit frère, ces pensées ont rapidement été mises de côté.

Il s’avère que Ryder a déjà le dos de son frère.

« Il est très excité. Il le protège déjà aussi. Si maman se cogne l’orteil, il vient en courant et lui frotte le ventre et demande : ‘Est-ce que mon frère va bien ?’ C’est formidable de voir ça. »

Bien qu’il ne se connecte pas régulièrement pour regarder des courses en direct, il arrive parfois que McClure rattrape rapidement l’action.

Il a également gardé un œil sur certains de ses chevaux de premier plan.

« Je n’ai pas vu beaucoup de courses, mais si Warrawee Roo court, je regarderai certainement », a déclaré McClure à propos du fils de huit ans de Majestic Son, qui se rapproche des 900 000 $ en gains en carrière. « J’ai regardé les courses du défi des conducteurs à Western Fair dimanche. S’il y a un match de hockey ou un match de football, je vais changer et voir quelles courses en cours. »

Entre des boules de crème glacée, du sport et des courses de chevaux, McClure, qui a atteint plusieurs jalons en 2020, notamment la tête de tous les conducteurs canadiens en termes de gains, en remportant son premier championnat Breeders Crown et en remportant le Lampman Cup en tant que meilleur conducteur des Ontario Sires Stakes, suit le rythme d’une liste complète de tâches quotidiennes.

« Il semble que je sois occupé tous les jours, entre les choses de tous les jours et ma femme a un cheval qu’elle possède, Postmodernism. Je l’aide aussi à la maison – il semble toujours qu’il y ait quelque chose à faire. Je n’ai pas eu beaucoup de jours où je me suis assis et que je me suis ennuyé. Cela a été bon pour moi. J’ai la liberté de faire des choses comme aller déjeuner, faire du shopping ou des choses comme ça. Je profite de cette petite pause. »

Quant à la fracture, plus précisément, celle qu’il a subie dans l’accident en course, McClure est en voie de guérison et cherche à revenir dans le sulky pour début février.

Il se souvient encore très bien de l’incident.

« L’adrénaline a vraiment pris le dessus. Quand j’ai atterri, je me suis levé. Je me suis relevé et je me suis levé. J’ai réalisé que j’avais ce qui ressemblait à une foulure de mon bras. C’était engourdi et ça ne fonctionnait pas, alors je me suis rassis sur la piste. D’après ce que je me souviens, quelques personnes étaient autour de moi et m’ont dit de rester couché, alors je l’ai fait. Ensuite, c’est à ce moment-là que la douleur a commencé, et j’ai réalisé que je n’avais aucune force dans mon bras. Je savais que quelque chose n’allait pas. »

La blessure, a souligné McClure, était bien pire, du point de vue de la douleur, à la fracture du bassin qu’il avait subie deux ans plus tôt.

« Quand je suis monté dans le fourgon des premiers soins, la douleur était intense. J’avais tellement mal qu’ils m’ont donné 10 cc de morphine avant d’entrer dans l’ambulance. Ça pris environ 40 minutes avant d’arriver à l’hôpital, et j’ai demandé à l’ambulancier quand la morphine allait faire effet. J’avais encore beaucoup de douleur. C’est comme si quelqu’un avait pris un briquet chaud et l’avait coincé dans l’os par mon épaule. Ils m’ont donné un peu plus d’analgésiques et cela a finalement fait baisser le niveau de douleur. Mais les 24 à 48 premières heures, c’était très douloureux. »

Heureusement, ce n’est plus un problème pour le conducteur qui a fait équipe avec Forbidden Trade pour la victoire dans l’Hambletonian 20019.

L’objectif est maintenant de se préparer pour son premier retour en piste depuis l’accident.

« Le bras est vraiment bon en ce moment. Ce n’est pas dans une écharpe et je travaille pour récupérer toute cette amplitude de mouvement. Donc, avec un peu de rééducation et de travail, j’envisage début février ou peut-être fin janvier pour savoir quand je serai de retour. Je ne veux pas précipiter les choses. Je veux m’assurer qu’il guérit complètement. »

Jusqu’à ce qu’il revête ses couleurs de conducteur pour la première course depuis son accident, il aura de quoi s’occuper, y compris quelques trajets supplémentaires avec Ryder.

Mais pas de glace pour McClure.

« Je dois garder ma forme de conducteur », a-t-il déclaré en riant. « Je vais devoir vivre par l’intermédiaire de Ryder, mais ça va. Je dois rester concentré pour être prêt à revenir dès que je le pourrai. »

C’est exactement le type de conducteur que l’on s’attend de l’un des meilleurs de l’industrie.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

8
Déc.

Jesus’ Team affronte un « Super » rival à Gulfstream

Par GULFSTREAM

On pourrait s'attendre à ce que Jesus’s Team propriété de Sonata Stable intensifie sa performance lors de son deuxième départ...

Lire plus
8
Déc.

Choix du jeudi 8 décembre

Par SALLE DES NOUVELLES

Aqueduct (T) – 1e course : (4) BONANA FANNA FOE Gulfstream (T) – 3e course : (5) GRANDE SOIREE Fair Grounds (T) – 7e co...

Lire plus
7
Déc.

La patience paie alors que le temps de Miller arrive

Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA Media Relations Manager

Aucun jour ne se ressemble dans les courses, ce qui est ce que Uriah Miller aime le plus dans son travail dans l’industrie. A...

Lire plus