Canadian Pacing Derby : Tattoo Artist est prêt à retrousser ses manches

À 0h57, le 3 septembre 2022 Par SALLE DE NOUVELLES/Chris Lomon, Woodbine Communications

Tattoo Artist, 27 fois vainqueur et gagnant plus de 1,6 million de dollars, cherchera à ajouter un autre triomphe à sa formidable carrière, cette fois lors du Canadian Pacing Derby de 650 000 $ samedi à Woodbine Mohawk.

Entraîné par le Dr Ian Moore pour les propriétaires Let It Ride Stables, Frank Cannon et Diamond Creek Racing, le fils de 5 ans de He’s Watching-Stylish Artist amène de son dernier engagement une troisième place dans son éliminatoire du Pacing Derby le 27 août.

Élevée par Tara Hills Stud Ltd., il affrontera un formidable peloton d’adversaires en finale, un groupe qui comprend le détenteur du record du monde Bulldog Hanover, le vainqueur de plusieurs stakes Jimmy Freight et le champion du North America Cup l’année dernière, Desperate Man.

« Il va très bien », a déclaré Moore. « Avec la huitième position, il peut bien partir de là. Je ne pense pas que ce sera un grand défi pour nous. Il sera intéressant de voir comment la course se déroule. De toute évidence, il y a de très bons chevaux là-dedans. »

La semaine dernière, la ligne de performance de Tattoo Artist contenait l’abréviation « BE », désignant un équipement brisé.

« Il avait en quelque sorte de l’équipement brisé », a commencé Moore. « Il porte des rouleaux sur les côtés, ce qui est essentiellement pour qu’il ne puisse pas voir en arrière. L’un d’eux est tombé au quart de mille, apparemment. Je ne sais pas comment c’est arrivé. Un « velcro » les maintient. J’étais en train d’échauffer un autre cheval avant cette course et je n’ai pas pu le vérifier avant qu’il ne sorte. D’une manière ou d’une autre, il s’est desserré et est tombé pendant la course. Mais il a bien couru à la fin. Malheureusement, nous ne l’avons pas eu avant jeudi. Il est arrivé mercredi soir et j’espérais l’avoir un peu plus tôt que ça. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour le préparer, mais il est beaucoup mieux préparé cette fois. Je l’ai entraîné sur la piste de la ferme aujourd’hui [jeudi] et nous attendons avec impatience. »

Moore est tout simplement heureux de voir l’ambleur très productif de retour dans son écurie.

Cela a été en quelque sorte une vie nomade pour Tattoo Artist au cours des deux dernières campagnes.

« Nous l’avons eu presque les trois premières années de sa carrière de Standardbred alors que la deuxième année, l’année dernière, lorsque le coronavirus a vraiment frappé fort en mai et juin, nous l’avons envoyé à [entraîneur] Chris Ryder aux États-Unis », a proposé Moore. « Nous avons eu le cheval en alternance quelques semaines à la fois depuis lors. C’est probablement la troisième fois. »

Moore n’est pas le seul visage familier à l’avoir accueilli à bras ouverts.

« C’est toujours génial de le revoir dans l’écurie. Giselle Loder, qui s’est occupée de lui quand il était plus jeune, à l’âge de 2 ans, s’occupe toujours de lui. Il est devenu un super petit cheval de toutes les manières possibles. Quand il fait du jogging, il court comme un vieux de 10 ans, et quand vous avez besoin de lui, il est tout à fait professionnel. »

Les éloges de Moore à l’égard du lauréat du prix O’Brien 2020 en tant que poulain de trois ans de l’année au Canada ne s’arrêtent pas là.

Le vétéran entraîneur, qui a fait campagne avec plusieurs stars exceptionnelles au fil des ans, a louangé un élément particulier des compétences de Tattoo Artist.

« Il possède l’accélération la plus rapide de tous les chevaux que j’ai jamais eu, il peut passer d’une vitesse à une autre. C’est vraiment incroyable. Quand il était plus jeune, il avait l’habitude de s’emballer un peu pour passer à la vitesse supérieure. Maintenant, vous n’avez même pas besoin de lui demander. Vous relâchez juste un peu votre emprise sur les rênes et il décolle tout seul. »

Détenant une fiche saisonnière de 7-5-3 en 17 départs, Tattoo Artist, qui aura le meilleur conducteur de Mohawk en James MacDonald dans le sulky samedi, est dans tous les plans selon Moore.

Un concurrent, a-t-il noté, qui a parcouru un long chemin depuis ses débuts.

« C’était un petit rat à dompter. Il était très insolent et mal élevé, je suppose que c’était sa façon de s’affirmer. Nous avons dû l’amener derrière une voiturette de golf pendant un certain temps pour le faire courir. Maintenant, vous ne trouveriez pas un cheval plus parfait. Vous marchez simplement jusqu’à la piste, et il s’arrêtera et regardera autour. C’est vraiment un cheval adorable avec qui faire n’importe quoi et il n’y a rien à lui reprocher. Je l’aime. »

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

6
Oct.

Cheesy Smile essaie de terminer fort dans la finale de l’OSS pour un groupe de propriétaires qui s’amuse

Par Austin Stanton, Ontario Racing

Posséder un cheval de course est très amusant. Posséder un cheval de course gagnant de stakes est encore plus amusant. L'entr...

Lire plus
6
Oct.

Choix du jeudi 6 octobre

Par SALLE DES NOUVELLES

Belmont at Aqueduct (T) – 5e course : (3) FORESTWOOD LANE Laurel Park (T) – 1e course : (9) PHAROAHS BABY GYAL Thistled...

Lire plus
5
Oct.

Pelotons complets de 12 dans le Kentucky Futurity et le Filly Futurity

Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA Media Relations Manager

Le champion du Hambletonian Cool Papa Bell et le vainqueur du Canadian Trotting Classic Slay feront partie des 12 chevaux qui...

Lire plus