Firenze Fire défendra son territoire dans le John A. Nerud

À 0h03, le 4 juillet 2021 Par BELMONT PARK

Au cours de sa carrière de 33 courses, Firenze Fire, neuf fois vainqueur de stakes gradés, a démontré son talent sur sept hippodromes différents, mais ce n’est un secret pour personne que le fils de Poseidon’s Warrior a une affinité pour Belmont Park. Il tentera de remporter un huitième triomphe au Big Sandy dimanche lors de la 13e édition du John A. Nerud d’une bourse de 250 000 $ sur la distance de sept furlongs pour les 4 ans et plus.

Firenze Fire, propriété de M. Amore Stable, entraîné par Kelly Breen, se vante d’une fiche de 10-7-1-0 à Belmont Park et des revenus en carrière de près de 2,5 millions de dollars. Le sprinter accompli de 6 ans a remporté ses deux départs cette saison, décrochant des conquêtes répétées sur le tracé local dans le Runhappy le 8 mai et le True North le 4 juin.

Firenze Fire a commencé son histoire d’amour avec le Big Sandy lors de son quatrième départ en carrière en remportant le Champagne en octobre 2017 sur l’éventuel champion 2 ans Good Magic. Il a remporté au moins une course de stakes à Belmont Park au cours des cinq dernières saisons, enregistrant un record de cote de vitesse Beyer de 107 à sa deuxième saison de compétition lors de son retour à Belmont avec une victoire par neuf longueurs dans le Dwyer en 2018.

Après une saison 2019 réussie, qui comprenait une victoire dans le Runhappy à Belmont, Firenze Fire a fait ses débuts pour Breen dans le Runhappy Carter en juin 2020, terminant loin quatrième avant de remporter le True North et le Vosburgh à Belmont trois départs plus tard.

Après avoir fermé le rideau sur sa saison de 5 ans avec une troisième place dans le Mr. Prospector le 19 décembre à Gulfstream Park, Firenze Fire est resté à l’entraînement mais n’est revenu en piste que pour remporter le Runhappy le 8 mai il y a deux départs.

« L’un des plus gros avantages cette année a été que pour la première fois de sa carrière, il a eu cinq mois de congé. Nous avons laissé passer l’hiver sans le faire courir, il s’entraînait un peu, et il est bien revenu », a déclaré Attfield.

Le nom de Firenze Fire vient du mot italien pour la ville de Florence, en Italie.

« Ma fille conçoit des chaussures et les fait fabriquer en Italie », a expliqué Lombardi. « Nous étions là-bas il y a six ans à Florence, et j’avais besoin de nommer le cheval. À l’époque, Tom Hanks tournait le film Inferno à Florence, c’est donc de là que vient le « fire » (feu).

Le jockey Irad Ortiz, Jr. a monté Firenze Fire à neuf de ses 14 victoires en carrière et revient aux guides depuis la position intérieure.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

22
Jan.

Big M est un grand moment pour un couple de Chicago

Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA

Lorsque l’ambleur de 5 ans Bobcat Bay a gagné plus tôt ce mois-ci à The Meadowlands, ce fut un grand moment dans la maison Mu...

Lire plus
22
Jan.

Les nouveaux envahisseurs

Par DANIEL DELISLE

Pour les gens de chevaux, les États-Unis sont une terre d’accueil privilégiée. On a vu au fil des ans défiler d’abord des Can...

Lire plus
22
Jan.

Lure Him In à Gulfstream pour le Sunshine Turf

Par GULFSTREAM

Lure Him In a été attiré vers le sud de la Floride, où le cheval né en Floride a été inscrit pour tenter une cinquième victoi...

Lire plus