Firenze Fire défendra son territoire dans le John A. Nerud

À 0h03, le 4 juillet 2021 Par BELMONT PARK

Au cours de sa carrière de 33 courses, Firenze Fire, neuf fois vainqueur de stakes gradés, a démontré son talent sur sept hippodromes différents, mais ce n’est un secret pour personne que le fils de Poseidon’s Warrior a une affinité pour Belmont Park. Il tentera de remporter un huitième triomphe au Big Sandy dimanche lors de la 13e édition du John A. Nerud d’une bourse de 250 000 $ sur la distance de sept furlongs pour les 4 ans et plus.

Firenze Fire, propriété de M. Amore Stable, entraîné par Kelly Breen, se vante d’une fiche de 10-7-1-0 à Belmont Park et des revenus en carrière de près de 2,5 millions de dollars. Le sprinter accompli de 6 ans a remporté ses deux départs cette saison, décrochant des conquêtes répétées sur le tracé local dans le Runhappy le 8 mai et le True North le 4 juin.

Firenze Fire a commencé son histoire d’amour avec le Big Sandy lors de son quatrième départ en carrière en remportant le Champagne en octobre 2017 sur l’éventuel champion 2 ans Good Magic. Il a remporté au moins une course de stakes à Belmont Park au cours des cinq dernières saisons, enregistrant un record de cote de vitesse Beyer de 107 à sa deuxième saison de compétition lors de son retour à Belmont avec une victoire par neuf longueurs dans le Dwyer en 2018.

Après une saison 2019 réussie, qui comprenait une victoire dans le Runhappy à Belmont, Firenze Fire a fait ses débuts pour Breen dans le Runhappy Carter en juin 2020, terminant loin quatrième avant de remporter le True North et le Vosburgh à Belmont trois départs plus tard.

Après avoir fermé le rideau sur sa saison de 5 ans avec une troisième place dans le Mr. Prospector le 19 décembre à Gulfstream Park, Firenze Fire est resté à l’entraînement mais n’est revenu en piste que pour remporter le Runhappy le 8 mai il y a deux départs.

« L’un des plus gros avantages cette année a été que pour la première fois de sa carrière, il a eu cinq mois de congé. Nous avons laissé passer l’hiver sans le faire courir, il s’entraînait un peu, et il est bien revenu », a déclaré Attfield.

Le nom de Firenze Fire vient du mot italien pour la ville de Florence, en Italie.

« Ma fille conçoit des chaussures et les fait fabriquer en Italie », a expliqué Lombardi. « Nous étions là-bas il y a six ans à Florence, et j’avais besoin de nommer le cheval. À l’époque, Tom Hanks tournait le film Inferno à Florence, c’est donc de là que vient le « fire » (feu).

Le jockey Irad Ortiz, Jr. a monté Firenze Fire à neuf de ses 14 victoires en carrière et revient aux guides depuis la position intérieure.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

17
Oct.

Antoine Desrochers décroche sa première victoire

Par DANIEL DELISLE

Antoine avait un excellent momentum  pour sa première visite au cercle des vainqueurs à titre de conducteur professionnel. To...

Lire plus
17
Oct.

Des challenges pour pimenter le 37e programme

Par DANIEL DELISLE

Quelle belle façon d’agrémenter un programme de courses régulier que d’y insérer deux finales pour apprenti(e)s conducteurs(t...

Lire plus
17
Oct.

Hippodrome 3R : Choix de Daniel “Le Prof” Delisle

Par DANIEL DELISLE

Choix gagnants : 133/344 – 38.7% Dimanche 17 octobre 1ère course : 6-4-3-8 2e : 2-4-8-1 3e : 5-8-2-6 4e : 1-5-3-6 5...

Lire plus