Gilles Gendron : de modestes débuts au « The Hall »

Gilles Gendron : de modestes débuts au « The Hall »

À 12h36, le 30 juin 2023 Par SALLE DES NOUVELLES/Chris Lomon, Trot

Ayant grandi dans la pauvreté, Gilles Gendron s’est tourné vers les Standardbreds comme une voie possible vers le succès, et pour le talentueux conducteur, c’était un excellent choix. TROT s’est tourné vers Gilles et son bon ami Murray Brown, et leur a demandé de se remémorer un peu le bon vieux temps et partager avec nos lecteurs certaines des choses que Gendron, maintenant à la retraite, a faites pour mériter son statut de membre du Temple de la renommée.

Profiter de la vie et y réussir a toujours fait partie du parcours de l’homme connu sous le nom de « Le Chef ».

Ses journées gagnantes passées dans le sulky ont maintenant été remplacées par le fait d’être assis au volant d’une voiturette de golf, mais le nom de Gilles Gendron sera toujours associé au sport qu’il a dominé pendant des années.

« Tellement de bons souvenirs », a commencé Gendron. « Les gens et les chevaux… J’ai eu beaucoup de chance d’avoir côtoyé tant de grands. Les courses sont quelque chose qui restera une grande partie de qui je suis. »

Né à Saint-Eustache, à environ 45 minutes de route à l’ouest de Montréal, Gendron a grandi dans une famille modeste. Finalement, il s’est tourné vers les courses et est tombé amoureux de l’idée de conduire des ambleurs et des trotteurs.

« Je n’avais pas d’objectifs quand j’ai commencé. Je viens d’une famille pauvre et je savais que conduire allait être ma vie… Je voulais en profiter au maximum. Ce que je pensais, c’est que je voulais être, l’un des meilleurs. Je sentais que je pouvais. Je croyais en moi et d’autres personnes dans l’industrie croyaient en moi aussi. »

Murray Brown l’a certainement été.

L’homme originaire de Québec qui a travaillé 52 ans pour Hanover Shoe Farms, dont 37 de ces années en tant que directeur général et vice-président de la Standardbred Horse Company, a entendu beaucoup de discussions à l’époque sur le talentueux jeune homme de la banlieue insulaire de Montréal.

« Gilles travaillait pour Marcel Dostie, qui était l’entraîneur-chef et le conducteur de l’écurie Miron Bros. au Québec, la plus grande équipe de course au Canada à l’époque », se souvient Brown. « Marcel a dit que Gilles était le meilleur palefrenier qu’il ait jamais eu. Je m’en souviens comme si c’était hier. Il utilisait Gilles pour conduire avec lui lorsqu’il entraînait des chevaux. Je suis presque sûr que Gilles n’avait jamais couru en compétition à cette époque, et Marcel a dit : ‘Ce gamin sera un grand conducteur un jour’. C’était un jeune qui n’avait jamais participé à une course, mais Marcel a dit qu’il avait de bonnes mains et qu’il était un excellent juge du rythme, et que les chevaux l’aimaient. Il avait raison. »

La première fois que Brown et Gendron ont passé du temps ensemble est une histoire en soi.

Cela impliquait un voyage mouvementé du Québec à l’État de Buckeye et du temps passé devant un juge – pas un juge des courses cependant.

« Adrien Miron cherchait à acheter un cheval pour courir dans le Little Brown Jug », se souvient Brown. « Il aimait courir, mais il aimait particulièrement le Jug. Environ trois jours avant la course, il a acheté un cheval du nom de Red Carpet. Il était au Jug, c’était un mardi soir, et il voulait que Gilles s’occupe du cheval. Il [Gilles] ne parlait pas un mot d’anglais à l’époque et je me débrouillais à peine en français. »

« Mais j’ai été chargé de conduire Gilles au Delaware en Ohio. J’avais mon permis de conduire depuis environ six jours à l’époque. Nous sommes restés à Cleveland la première nuit et j’ai eu ma première contravention pour excès de vitesse. J’ai eu ma deuxième en allant de Cleveland à l’Ohio. Si je me souviens bien, à Delaware, le flic nous a emmenés droit devant le juge. J’ai dû le suivre dans sa voiture. Enfin, nous sommes arrivés à l’hippodrome. C’était la première fois que je passais du temps avec lui. Nous ne parlions pas beaucoup – nous ne pouvions pas. »

Ce qui n’a pas été perdu dans la traduction, c’est la prise de conscience de Brown que Gendron allait être une inspiration dans le sulky.

C’était en 1967 lorsque le jeune homme prometteur de 22 ans a commencé sa carrière dans le sulky.

Gendron a appris très tôt que ce sont ceux avec qui il s’est associé sur l’hippodrome qui détenaient la clé de son succès. C’était le cheval.

« Vous devez comprendre votre cheval. Je ne suis pas l’athlète, c’est le cheval. Il faut mettre le cheval dans la meilleure position pour réussir. Et chaque cheval est différent dans ses besoins. Partout où ils doivent être dans la course, c’est la première priorité. Parfois, la façon dont la course se déroule n’est pas ce à quoi vous vous attendiez, mais votre travail consiste à leur donner les meilleures chances de gagner. »

Et c’est exactement ce que Gendron a fait au cours d’une magnifique carrière.

En tout, il a participé à plus de 37 000 courses et enregistré 7 053 victoires, accompagnées de 16 880 courses parmi les trois premiers et de 36,9 millions de dollars en gains.

Gendron a été une inspiration à Blue Bonnets dans les années 1970 et 1980, le conducteur incontournable des meilleurs hommes de chevaux de l’hippodrome.

Mais ce n’est pas seulement dans son Québec natal qu’il s’est fait un nom.

Cinq ans après avoir lancé sa carrière de conducteur, Gendron s’est rendu à la piste Windsor pour un événement mettant en vedette les plus grandes vedettes du sport de l’époque qui s’étaient imposés comme des grands de tous les temps.

Alors que les chances étaient minces qu’il termine en tête, c’est exactement ce qu’il a fait puis il a été couronné vainqueur du Défi des champions, battant Hervé Fillion, Ronnie Feagan et Carmine Abbatiello, pour n’en nommer que quelques-uns, en route vers la victoire.

« Je suis allé à toutes les compétitions de conducteurs, partout. J’ai gagné une voiture une fois. C’était toujours génial de pouvoir se mesurer aux meilleurs. C’étaient de grands conducteurs, mais aussi des gens formidables. Il y avait beaucoup de conducteurs très talentueux, donc dire que vous en faisiez partie est un sentiment très agréable. »

De retour chez lui à Blue Bonnets, Gendron a dominé le classement à 10 reprises entre 1972 et 1984. Pendant 14 années consécutives, il a décroché plus de 200 victoires et s’est classé sept fois parmi les 10 premiers en Amérique du Nord.

En 2009, il a conduit deux gagnants à Rideau Carleton pour atteindre 7 000 victoires en carrière pour rejoindre les Québécois Hervé Filion, Michel Lachance et Luc Ouellette dans le groupe sélect des conducteurs nord-américains de ‘La Belle Province’ qui avaient récolté 7 000 victoires en carrière.

« Quand je repense à ma carrière, la première chose qui m’est venue à l’esprit a été de conduire dans 37 000 courses. Cela fait beaucoup de courses et beaucoup de chevaux. Vous vous assoyez et pensez, ‘Wow. C’est un gros, gros chiffre.’ »

Parmi les nombreux ambleurs et trotteurs talentueux avec lesquels il a fait équipe, les membres du Temple de la renommée Grades Singing et Garland Lobell viennent immédiatement à l’esprit.

Fille de Texas, au trot, Grades Singing a remporté 81 victoires et près de 2,2 millions de dollars en gains au cours de sa carrière exceptionnelle.

Élevé par Bay Jean Farm and Stable Ltd., de Les Cèdres au Québec, Grades Singing a remporté trois finales du Breeders Crown, établi sept records du monde et remporté de nombreux titres de champion du Canada et de l’USTA.

« La première fois que je l’ai qualifiée, j’ai dit [au propriétaire] Gratien Deschênes qu’elle était quelque chose de spécial. Elle faisait partie de ces chevaux que l’on rêve de conduire. Et elle était l’une des meilleures. »

Gendron a des éloges similaires pour Garland Lobell.

Fils d’ABC Freight, le trotteur a été acheté pour la modique somme de 7 200 $ lors de la vente de yearlings Liberty Bell de 1982 par Ricardo Saccomania et ses frères. Le poulain a remporté 14 de ses 63 départs et plus de 345 000 $ et a remporté la première tranche du Kentucky Futurity 1984 avec un temps record de 1:55.3.

Garland Lobell a eu encore plus d’impact au-delà de la piste en tant qu’étalon hors pair.

Il a engendré les meilleurs trotteurs Angus Hall, Cameron Hall, Conway Hall, Andover Hall et Justice Hall, pour n’en nommer que quelques-uns.

« Il était rapide comme l’enfer. Quand je suis allé 1:54 avec lui à Lexington, j’ai dit au gars: ‘Laissez le cheval ici une semaine et j’irai en 1:52, et ce sera un record’. Et nous l’avons fait. Des chevaux comme ceux-là, ce sont eux qui m’ont amené au panthéon. »

Il fait une légère pause lorsqu’il réfléchit à ce dont il est le plus fier dans sa carrière.

« Je suis parti de rien. Je me souviens que la première fois que j’ai conduit, je n’avais pas les moyens d’acheter un costume de conduite. Un gars, Charles Poulin, m’a dit qu’il me ferait un costume et je lui ai dit que je le porterais. On m’a demandé : ‘Quelle couleur veux-tu ?’ J’ai répondu : ‘Ce que tu veux’. Cela a fini par être un « V » avec du vert et du blanc. C’est comme ça que ça a commencé. »

Maintenant, 56 ans après que tout a commencé, Gendron occupera bientôt la place qui lui revient parmi les noms les plus distingués du sport équestre et humain, au Temple de la renommée des courses de chevaux du Canada.

Un honneur qui n’a pas échappé à Gendron.

« C’est une belle chose, une belle réussite. C’était ma vie. Je suis très heureux d’avoir eu une belle carrière. Je suis très heureux. Ce n’est pas tant pour moi, mais plus pour mes fils. Peut-être que dans 10 ans je serai parti, donc c’est plus pour eux. Mais je suis toujours en assez bonne forme. »

Gendron s’occupe, travaille à temps partiel sur un terrain de golf près de chez lui.

Bien que son jeu de golf ne lui donne pas beaucoup de succès, il profite de la vie en plein air, en grande partie à son rythme.

« Je ne suis pas très bon au golf, mais mon fils est très bon. Je travaille et joue de temps en temps. Je m’occupe des voiturettes de golf. Je travaille trois jours par semaine. Je commence vers une heure et puis j’ai fini quand tout le monde a fini de jouer. Le parcours n’est qu’à six kilomètres de chez moi. Je n’ai même pas besoin d’auto, car je prends mon vélo. »

Parfois, lors de ces randonnées, Gendron repense à ses jours sur la piste de course, à l’époque où il était un conducteur dominant, avec les plus grands noms du sport.

Les souvenirs produisent toujours un large sourire.

« Quand j’ai commencé à conduire, je n’aurais jamais pensé que j’allais réussir ce que j’ai fait. J’espérais qu’ils se produiraient, mais vous ne savez tout simplement pas. Et maintenant, d’être au Temple de la renommée, je suis tellement reconnaissant et heureux. Beaucoup de gens des États-Unis et du Canada m’ont tendu la main pour me féliciter. Cela vous fait vous sentir drôle à l’intérieur. Je ne savais pas que j’étais si bon. »

Gendron l’était sans doute.

Son bon ami Murray Brown le sait.

« Nous restons toujours en contact. Je regarde en arrière et je me souviens à quel point Gilles était formidable. Il a toujours écouté les gens et il était toujours prêt. Il connaissait instantanément un cheval, même si c’était la première fois qu’il le conduisait. Il donnait au cheval le mille dont il avait besoin et il a rarement utilisé le fouet. Il a l’air d’être en pleine forme et de profiter de la vie. »

Maintenant, il est à la place qui lui revient, selon Brown, qui a été intronisé au Temple de la renommée des courses de chevaux du Canada en 2003.

« Je ne sais pas si cela a eu un effet, mais depuis sept ou huit ans, j’ai fait la promotion de Gilles pour qu’il soit considéré pour l’intronisation. Dieu merci, il a finalement réussi. »

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

18
Avr.

La saison de Hollywood à Santa Anita commence vendredi

Par Santa Anita

Santa Anita commence sa saison de Hollywood ce vendredi avec le premier départ à 16 heures. La saison de Hollywood, d'une dur...

Lire plus
18
Avr.

Le champion Witty ouvre sa saison dans le King T. Leatherbury

Par LAUREL PARK

Witty, le cheval mâle champion sur le gazon du Maryland en 2023, élevé, détenu et entraîné par Elizabeth Merryman, visera sa...

Lire plus
18
Avr.

Choix du jeudi 18 avril

Par SALLE DES NOUVELLES

Gulfstream (T) – 4e course: (6) CRIMSON PRINCESS Aqueduct (T) – 5e course: (1) TONED UP Keeneland (T) – 1e course: (6)...

Lire plus