Hot Mess Express est une « pouliche de rêve » pour Sam Bowie

Hot Mess Express est une « pouliche de rêve » pour Sam Bowie

À 0h06, le 15 juillet 2021 Par SALLE DE NOUVELLES/RICH FISHER, USTA

Lorsque Sam Bowie était un joueur de basket-ball de première année de haut niveau à l’Université du Kentucky à 18 ans, il errait autour de Lexington pour se familiariser avec l’endroit et a décidé de s’arrêter à la piste Red Mile. Pour faire court, le jeune homme qui ne connaissait rien aux chevaux a été contraint d’en « jogger » un et, 42 ans plus tard, est un propriétaire populaire dans le domaine des courses sous harnais.

Mais que se passerait-il s’il était plutôt allé à l’Université de Louisville et que sa tournée dans cette ville l’avait conduit à Churchill Downs ? Les pur-sang l’auraient-ils récupéré ?

« Eh bien », a-t-il dit, « si j’avais été un Cardinal au lieu d’un Wildcat, je n’aurais pas Hot Mess Express en 2021. »

Et ce serait une déception pour Bowie.

Mais il possède effectivement Hot Mess Express et est enthousiasmé par ses chances dans le Mistletoe Shalee Stakes samedi (17 juillet) pour les ambleuses de 3 ans à The Meadowlands pour une bourse de 174 400 $. La pouliche partira de la cinquième position avec Andy McCarthy aux guides pour l’entraîneur Tony Alagna.

Ce sera le deuxième événement consécutif du Grand Circuit pour Hot Mess Express. Elle a remporté son tout premier départ sur le Grand Circuit le 4 juillet dans le Nadia Lobell Stakes à la piste Harrah’s Hoosier Park. Elle est invaincue en cinq départs cette année, bon pour des gains de 183 750 $.

Elle a remporté neuf de ses 14 départs en carrière avec trois deuxièmes places et 318 815 $ en bourses.

« J’adore le nom », a déclaré Bowie en riant, « mais elle est tout sauf un gâchis. »

Le vétéran de 10 saisons dans la NBA est propriétaire depuis l’âge de 23 ans et est devenu de plus en plus astucieux avec l’âge. Maintenant âgé de 60 ans, il a été impressionné après avoir vu Hot Mess Express gagner en 1:54.2 lors de ses débuts à Hawthorne l’année dernière.

Bowie a rapidement contacté l’entraîneur-copropriétaire Jamaica Patton et s’est informé si le propriétaire-entraîneur la vendrait pour 150 000 $. Sam a répliqué en disant qu’il transférerait 125 000 $ à Patton dans les 15 minutes et renoncerait à tout examen préalable à l’achat et à toute inspection vétérinaire. L’accord a été conclu le 22 juillet.

« C’était très risqué », a déclaré Bowie. « J’ai juste eu un pressentiment. »

Même son instinct n’aurait pas pu anticiper 13 victoires en 13 départs depuis son acquisition. La première course de Hot Mess Express pour Bowie lui a procuré une victoire dans la première tranche du circuit Indiana Sire Stakes. L’athlète de 2 ans a remporté la troisième tranche et a terminé deuxième dans les deuxième et quatrième tranches en plus de la finale.

Cette année n’a été que perfection.

« Évidemment, quand je l’ai achetée – son premier départ (à Hawthorne), elle est revenue au fil en 25.2 – je savais qu’elle avait beaucoup de capacités », a déclaré Bowie. « Chaque fois que vous en achetez un, vous commencez à rêver et à imaginer. Dire qu’elle a dépassé mes attentes serait un euphémisme. »

« Ce fut une belle course et elle le mérite amplement. C’est un cheval magnifique en termes de conformation. Avant de l’acheter, j’ai fait quelques devoirs sur elle et tous ceux à qui j’ai parlé ont utilisé le mot « professionnel ». Elle est juste une pro dans tout ce qu’elle fait. »

Hot Mess Express est le rêve d’un conducteur, possédant la capacité de courir de toutes les manières nécessaires.

« Vous pouvez la mettre en tête et lui demander d’aller de fil en fil, ou vous pouvez la placer derrière un adversaire », a déclaré Bowie. « Tous ceux qui l’ont conduite ont dit qu’elle se dirige à deux doigts, vous pouvez ralentir le rythme et si les fractions sont rapides, elle s’assoira troisième, quatrième et franchira des quarts en 26 secondes jusqu’à la fin. »

« C’est une pouliche de rêve à avoir. De toute évidence, vous voulez tirer de bonnes positions de départ lorsque vous courez pour le montant d’argent du Grand Circuit. Mais c’est vraiment confortable de savoir que si vous avez la malchance de tirer à l’extérieur, elle peut améliorer la situation avec sa vitesse au départ. »

Fille de Panther Hanover et de My Heart Was True, Hot Mess Express pourrait être le meilleur cheval que Bowie ait jamais possédé. Elle a le potentiel de dépasser les 676 679 $ en gains gagnés par Before He Cheats de 2007 à 2011. Le trotteur mêle était détenteur du record du monde qui a remporté 31 de ses 67 courses et a été nommé Cheval de l’année en Illinois à l’âge de 3 ans.

« Quelle aventure c’était avec lui, et c’était aussi un cheval d’élevage non populaire », a déclaré Bowie. « Étant donné qu’elle est une Panther Hanover, j’ai toujours été le genre de gars « perdant », qui n’a pas suivi les conventions, si vous voulez. Beaucoup de gens étaient un peu surpris que je l’achète pour ce montant d’argent. J’ai même eu des gens qui plaisantaient avec moi en disant: « Vous auriez pu acheter l’écurie au complet pour le même montant. »

« Mais je suis pour le moins un fier propriétaire. J’ai eu peu de choses à faire avec elle. Les personnes que j’ai embauchées pour faire le travail, Tony Alagna et son personnel, ont été incroyables dans ce qu’ils ont pu faire avec elle cette année. J’ai remercié chacun d’entre eux. Mais tout a commencé avec Jamaica Patton, qui l’a élevé et l’a entraînée. Je ne peux pas parler d’elle sans donner leur dû à ceux qui m’ont précédé. »

Une autre clé du succès a été le conducteur McCarthy, qui a conduit Hot Mess Express à deux victoires cette année (John DeLong a les trois autres). McCarthy sera dans le sulky samedi, une semaine après avoir mené Hellabalou à 81 contre 1 à la victoire dans une éliminatoire du Meadowlands Pace.

« Je lui en parlais », a déclaré Bowie. « J’espère que cela déteindra sur moi cette semaine. »

Bowie a inscrit Hot Mess Express dans de nombreuses courses du Grand Circuit cette année.

« Je suis très optimiste », a déclaré Bowie. « Je suis ravi de dire que je suis son propriétaire et nous attendons avec impatience la course de samedi. Quand vous arrivez à courir à ce niveau contre les meilleurs des meilleurs et à penser que vous avez une chance légitime, c’est une belle sensation. »

Bowie et sa femme assisteront à la course depuis West Palm Beach, en Floride, où il a établi sa résidence permanente après avoir partagé son temps entre la Floride et Lexington. Il revient dans l’un de ses repaires de la NBA, ayant joué pour les Nets du New Jersey de 1989 à 1993.

Même à cette époque, les courses attelées coulaient dans son sang.

« Nous avons joué un match contre les Celtics de Boston un soir », se souvient Bowie. « Après le match, j’ai couru vers la piste Meadowlands pour assister aux trois ou quatre dernières courses. Quand je suis rentré à la maison, ma femme m’a demandé comment cela avait été et j’ai répondu: « Je me suis fait battre au fil pour la trifecta. » Elle a répondu: « Non, contre les Celtics! ».  C’est une histoire vraie. »

C’est facile à croire en écoutant l’affable Bowie parler de sa passion pour le sport. Il en est tombé amoureux lors de sa première visite à The Red Mile. Venant du Liban, en Pennsylvanie, Bowie a vu les Amish conduire des charrettes tirées par des chevaux, et tout à coup, il a fait quelque chose de similaire.

« Je connaissais les pur-sang mais jamais les Standardbred », a-t-il déclaré. « Mais un type s’est arrêté le long de la piste et a dit : « N’êtes-vous pas Sam Bowie la recrue britannique ? » J’ai dit « Oui monsieur ». Je ne connais rien aux animaux. » Il m’a juste dit : « Écoute, ce cheval a 12 ans, il sait se débrouiller sur cette piste. » Alors il m’a donné les guides de la voiturette de jogging. »

« Je l’ai joggé sur trois milles et les étriers n’étaient pas assez loin, mais quelle joie et quel plaisir de sentir un animal de 1 100 livres à 18 ans. J’ai 60 ans aujourd’hui mais je me souviens encore de la puissance que vous ressentez dans les guides. Je lui ai rendu les guides et j’ai dit: « Si jamais je suis béni et assez chanceux pour obtenir un dollar supplémentaire, je vais m’acheter un cheval ou deux. » Alors nous y sommes, 40 ans plus tard. »

Bowie se rend compte qu’à 7 pieds (2.1 m) et 300 livres (136 kg), il n’est pas fait pour être conducteur. Mais il aimait entasser ses enfants dans un chariot de jogging et les emmener autour de Red Mile.

« C’est une belle chose que je puisse réellement participer », a-t-il déclaré.

La participation de Bowie à la NBA ces jours-ci est en tant que fan, et il surveille de près les finales de la ligue. Phoenix mène Milwaukee 2-1 après la victoire des Bucks dimanche.

« Je ne suis pas un quart-arrière du lundi matin », a-t-il déclaré. « Je suis très proche de (le joueur des Suns) Devin Booker. Je suis toujours un grand britannique et l’année où il est allé dans le Kentucky, je me suis rapproché de lui et de son père. Mais quand Milwaukee était en retard de deux matchs contre aucun, je sentais toujours que cela allait être une série de sept matchs. Les deux équipes protégeront leur terrain et cela ira jusqu’au bout. »

Tout comme il espère que Hot Mess Express ira loin dans un temps gagnant samedi à The Meadowlands.

Et cette fois, il n’aura pas les Celtics sur le chemin avant.

L’heure de départ pour la soirée du Meadowlands Pace sera plus tôt que d’habitude car la première course débutera à 18 heures.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

1
Août.

Doublé Guy Gagnon dans le Trophée des Éleveurs

Par DANIEL DELISLE

Guy Gagnon était on ne peut plus heureux à l’issue de ses quelques présences en piste à H3R. Non seulement a-t-il gagné une d...

Lire plus
1
Août.

La rentrée de YS Do It Right

Par DANIEL DELISLE

Il y aura de l’action ce dimanche dans la 2e tranche des éliminatoires du Trophée des Éleveurs alors que pas moins de quatorz...

Lire plus
1
Août.

Hippodrome 3R : Choix de Daniel “Le Prof” Delisle

Par DANIEL DELISLE

Choix gagnants : 80/212 – 37.7% Dimanche 1er août 1ère : 1-9-7-4 2e : 8-9-3-2 3e : 3-1-6-5 4e : 4-1-2-7 5e : 5-1-3-...

Lire plus