Jack Pelling a découvert sa vocation

Jack Pelling a découvert sa vocation

À 0h02, le 23 avril 2021 Par SALLE DE NOUVELLES/RICH FISHER, USTA

A sa deuxième année de conducteur, Jack Pelling est heureux que les gens le considèrent comme Jack, et non comme le fils de Brett Pelling.

« Je suis étonné de l’énorme soutien dont j’ai bénéficié », a déclaré Pelling. « Les gens viennent vers moi et pensent que j’ai l’air d’avoir du talent. C’est ce qui est le plus important pour moi. Je ne veux pas être considéré comme la personne qui a été élevée dans un sulky. »

Il est aussi reconnaissant que si Brett lui offre de sages conseils lorsqu’il est proche, l’entraîneur vétéran accompli est prêt à laisser Jack être Jack.

« J’ai eu beaucoup de chance qu’il m’ait laissé aller », a déclaré Pelling. « Il sait que j’apprendrai plus par moi-même. Il n’essaie pas de chercher la petite bête et de parler de chaque petite erreur, cela ne vaut pas la peine. »

Peu importe ce que Brett dit ou ne dit pas à Jack, cela semble fonctionner plutôt bien. Dans sa saison de recrue l’an dernier, Pelling a remporté six courses tout en montant sur le podium 27 fois pour des gains de 48 690 $ en 90 départs. Cette saison, en 205 départs principalement à Freehold, Pelling compte 27 victoires, 24 deuxièmes places et 27 troisièmes pour 147 413 $. Il est cinquième au classement pour les victoires à Freehold.

Lorsqu’on lui a demandé s’il était satisfait de sa saison jusqu’à présent, le conducteur de 26 ans a répondu: « Absolument. C’est beaucoup, bien mieux que ce que j’aurais pensé. J’espérais juste obtenir quelques conduites à Freehold et obtenir ma licence « A », et cela s’est produit alors je suis très heureux. »

Son parcours n’est pas une histoire ordinaire. Bien qu’il ait grandi en tant que fils d’un entraîneur célèbre, il n’a pas été en contact avec les chevaux pendant 11 ans lorsque Brett, né en Nouvelle-Zélande, a pris sa retraite de l’entraînement au milieu des années 2000 et a déménagé la famille en Australie en 2006. Après avoir connu du succès en tant qu’entraîneur en Amérique du Nord, comprenant plusieurs titres chez les entraîneurs à The Meadowlands et un cheval de l’année en 2005 avec Rocknroll Hanover, Brett a fait divers autres travaux à Down Under et n’a suivi les courses attelées que de loin.

« Je n’étais pas du tout impliqué avec les chevaux », a déclaré Jack, qui est né à Freehold. « Je dis aux gens tout le temps – et cela semble exagéré mais ce n’est pas le cas – que lorsque j’avais 20 ans, je ne connaissais pas la différence entre un trotteur et un ambleur. Ce n’est pas une blague. Je me sens presque idiot de dire ça. Mais à l’âge où j’aurais dû commencer à m’impliquer dans l’industrie, Brett a pris sa retraite. »

« Je savais qu’il était impliqué dans les courses de chevaux, mais si vous me demandiez quand j’avais 19 ou 20 ans ce que mon père faisait comme travail, je vous répondrais: « Eh bien, il a entraîné des chevaux », mais je n’en savais pas trop. Tout ce que je savais sur un cheval était (c’est l’épelé) H-O-R-S-E. »

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Pelling essayait de prendre pied dans un type de carrière. Alors qu’il travaillait à temps partiel et vivait près de Brett avec des copains, son père a appelé pour voir si Jack serait intéressé par un travail à temps plein avec l’entraîneur Ross Croghan aux États-Unis. Malgré son manque de connaissances équestres, Pelling a sauté sur l’offre.

« Je suis allé juste pour ça », a-t-il dit. « L’Amérique m’a manqué, il y avait vraiment une place dans mon cœur de naître ici et de vivre ici comme un petit enfant. Je voulais juste quelque chose de différent. J’étais sur le point d’avoir 21 ans et je n’en faisais pas vraiment trop. Je me suis dit: « Allons-y. » Un travail à plein temps, changer de pays, ce sera amusant et intéressant. »

Contrairement à tant d’autres dans l’industrie, qui deviennent accro dès qu’ils sont dans une écurie, Pelling a dû s’y habituer.

« Si je suis vraiment honnête, je n’ai jamais vraiment pensé aux courses sous harnais comme une carrière à plein temps jusqu’à il y a quelques années », a-t-il déclaré. « Ce n’était certainement pas le genre de chose où je dirais à quelqu’un: « Oh, quand j’ai commencé avec les chevaux le premier jour, j’étais accro. » Ce n’était pas comme ça. »

Pelling a été à l’emploi de Croghan jusqu’à ce que son père sorte de sa retraite et retourne aux États-Unis en 2017. Jack est ensuite allé travailler pour lui.

« J’étais à moitié palefrenier, à moitié entraîneur pour mon père alors qu’il construisait l’écurie », a déclaré Pelling, « et maintenant je suis avec lui depuis. »

Jack a fait une autre escapade en Australie il y a trois ans. C’est lors de sa dernière randonnée là-bas qu’il s’est souvenu d’une conversation avec Brett et s’est rendu compte que la course sous harnais pouvait être sa vocation.

Risquer une hernie peut faire réaliser cela à un homme.

« J’ai commencé à travailler à plein temps dans la construction là-bas », a déclaré Pelling. « Et puis j’ai réalisé: ‘ Attendez une minute, ces gars travaillent tous très dur tous les jours ’ et je ne pensais pas que c’était moi.

« Mon père a eu une conversation avec moi, qu’il pensait que j’avais du talent. Il m’a vu entraîner et a pensé que j’avais de bonnes mains. J’y ai juste réfléchi une journée et j’ai pensé que je serais mieux de rester avec les chevaux; Je pense que j’aime ce genre de travail. Et dans cette industrie, je pense que la conduite me plaît le plus, étant jeune et plutôt athlétique. Cela semblait juste être la voie pour moi. »

Tout ce qu’il a fallu, c’était un commentaire subtil de Brett, et Jack est retourné en Amérique quelques jours seulement avant que la crise de la COVID-19 ne frappe.

« Mon père n’est pas le genre de gars à jubiler et se réjouir, » dit Jack. « Il ne m’appelle pas tous les jours pour me dire que je suis le prochain John Campbell. Il a juste dit qu’il pensait que je pouvais le faire et que c’était suffisant pour moi.

Quant à son choix de conduire plutôt que d’entraîner, Jack a déclaré: « J’adore gagner. J’ai l’impression d’être naturellement compétitif. Tout l’entraînement et tout ce qui l’entoure c’est pour se préparer pour la course et pour la conduite. J’aime être dans les grands moments. »

La plupart de ses moments jusqu’à présent ont été avec des chevaux fournis par son père et John Urbanski, qui mène actuellement tous les entraîneurs pour les victoires à Freehold cette année. Jack a aidé Jenn et Joe Bongiorno à l’écurie JB Racing ces dernières semaines, et Jenn l’a engagé sur un cheval gagnant samedi dernier à Freehold.

Au fur et à mesure que sa carrière progresse, Jack a une chose en tête.

« Une grande chose que je fais ces derniers temps est simplement d’essayer de garder Brett heureux et de garder Brett me regarder sur le bon chemin », a déclaré Pelling. « Je sais que dans quelques années, il sera celui qui me donnera vraiment le coup de pouce pour essayer de participer à des plus grands événements. »

Ce qui se passera reste à voir, mais une chose est certaine: après des années à passer d’une chose à une autre, Pelling a découvert sa vocation.

« J’étais à la dérive avant cela », a-t-il déclaré. « Je suis vraiment content d’avoir trouvé ça. Je vis à toute vapeur. Je n’ai jamais ressenti cela de cette façon à propos de quelque chose auparavant. »

Et il le fait en tant que Jack, pas en tant que fils de Brett.

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

27
Juil.

Le plus grand espoir de Jeff Gregory

Par SALLE DES NOUVELLES/KEN WEINGARTNER, USTA

Avant que le conducteur Jeff Gregory ne remporte des victoires mémorables avec des chevaux tels que Bubba Dunn, Jalopy, Chapt...

Lire plus
27
Juil.

CLASSEMENTS DES JOCKEYS/CONDUCTEURS (2)

Par SALLE DES NOUVELLES

GULFSTREAM (T) Dép. 1e 2e 3e Gains % Gagnant Edgard J. Zayas 450 85 94 59 2 728 226 19.0 Emisael...

Lire plus
26
Juil.

Brosseau balaie la Coupe de l’Avenir

Par DANIEL DELISLE

Après-midi faste et réussi pour Stéphane Brosseau que cette première journée des éliminatoires de la Coupe de l’Avenir, alors...

Lire plus