Kyle Swift vit son rêve

À 0h21, le 14 mars 2024 Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA Media Relations Manager

Lorsque Kyle Swift a appris qu’il allait recevoir le Rising Star Award 2023 (trophée de l’étoile montante) de la section du nord de l’État de New York de la U.S. Harness Writers Association et de Batavia Downs, ce fut un moment spécial pour le conducteur de 18 ans. Pas seulement pour l’honneur et la reconnaissance, mais comme l’emblème que la boucle est bouclée vers la carrière dont il rêvait lorsqu’il était enfant.

« J’ai grandi à 20 minutes de Batavia et chaque fois que je pouvais aller sur la piste, j’étais là », a déclaré Swift, fils du conducteur Ray Fisher Jr. et de l’entraîneuse Ryan Swift. « J’ai grandi là-bas. Chaque fois que je pouvais mettre l’uniforme, monter dans le sulky de jogging, ou m’asseoir sur le siège dans le cercle des gagnants, c’était toujours vraiment cool pour moi. »

« Quand j’ai pu aller sur la piste, c’était tout. »

C’est toujours le cas.

Swift a remporté sa première victoire en juillet 2021 dans une division du circuit New York County Fair Sire Stakes à Batavia Downs. La victoire est venue de Pink Delight, une pouliche de 2 ans entraînée par sa mère, deux semaines après le 16e anniversaire de Swift.

Après avoir totalisé neuf victoires en 2021 et 2022, il a décroché son premier triomphe au pari mutuel en juillet dernier avec Big Place, également entraîné par sa mère, à Buffalo. Lorsque l’action s’est déplacée à Batavia fin juillet, Swift y a décroché 15 victoires au cours de la saison, bon pour la 10e place au classement des conducteurs.

« Quand j’étais petit, je regardais mon père conduire et ma mère entraîner, c’était tout ce que je voulais faire », a déclaré Swift. « J’ai toujours voulu conduire, mais c’était parce que je voulais être le gars du cercle des vainqueurs. Maintenant, je veux être le gars qui aide un cheval à se développer, qui l’aide à devenir un meilleur cheval. »

Jusqu’à présent cette saison, Swift compte 15 victoires en 115 départs. Il a décroché 11 triomphes à Batavia, huitième à égalité sur l’ovale, avant que Buffalo ne donne le coup d’envoi de sa saison le 2 mars.

« J’avais fait un nombre décent de courses quand j’ai commencé, mais j’ai eu beaucoup de chance avec les chevaux que j’ai maintenant et je conduis plus de chevaux pour les mêmes personnes », a déclaré Swift. « (Entraineuse) Candace Brandstatter, je dois lui donner tout le mérite du monde. Probablement un tiers des courses que j’ai gagnées l’ont été avec elle, donc je lui accorde beaucoup de crédit en ce qui concerne la reprise du travail. »

« Quand la feuille des inscrits sort et que je conduis pour des gens pour qui je n’ai jamais conduit auparavant, et des chevaux derrière lesquels je ne me suis jamais assis mais qui sur papier ont l’air plutôt bien, c’est cool pour un jeune qui vient vraiment de débuter. Cela signifie tout pour moi là. Je fais six, sept ou huit départs par soir. Je n’aurais jamais pensé que j’allais prendre des conduites comme ça. Je suis très reconnaissant pour toutes les opportunités que j’ai eues. »

Swift a commencé à développer un lien avec les chevaux quand il était jeune, vers l’âge de 6 ou 7 ans. Un cheval en particulier à cette époque, Pacific Mariner, reste mémorable.

« Il m’a fait confiance et me laisserait lui faire n’importe quoi », a déclaré Swift. « J’ai encore des photos de moi debout sur un seau lui coupant la crinière et il est resté là et a pensé que j’étais la meilleure chose qui soit. C’était vraiment cool pour moi. »

À mesure qu’il grandissait et commençait à travailler régulièrement avec les chevaux, son appréciation s’est approfondie.

« Quand j’ai obtenu mon permis de palefrenier à l’âge de 14 ans et que je me suis lancé davantage dans ce domaine, j’ai beaucoup appris et je suis vraiment tombé amoureux de l’animal », a déclaré Swift. « Il n’y a rien de mieux que les chevaux. Peu importe que nous en ayons deux ou vingt, j’adore me promener dans l’écurie et les voir. Cela en vaut la peine. »

Le père de Swift a remporté 4 808 courses et remporté plusieurs titres de conducteur à Buffalo. Sa mère compte 553 victoires en tant qu’entraîneur.

« Ils m’ont tout appris et m’ont toujours soutenu », a déclaré Swift, qui a également remercié ses grands-parents pour leur soutien. « Et je dois rendre hommage aux entraîneurs. Il y a toujours des gars qui sont assis sur le banc, donc quand ils vous choisissent pour conduire, vous devez être performant. Il y a toujours quelqu’un qui peut prendre votre place. Des gens me rabaissent alors que je n’aurais jamais pensé qu’ils me rabaisseraient. »

Avec un peu plus de 400 courses en carrière à son actif, Swift sait que sa maturation en tant que conducteur est un processus continu. Mais il constate déjà des améliorations.

« Mon père m’a dit que lorsque vous commencez à conduire, tout se passe si vite lorsque vous êtes là-bas », a déclaré Swift. « Il m’a toujours dit que plus tu conduis, plus tout va ralentir. C’est ce qui a commencé à se produire. Tout a commencé à ralentir. J’ai déjà commis des erreurs et maintenant, dans une course, je sais que je ne devrais plus recommencer. »

« La patience est la chose la plus importante que j’ai apprise. Quand j’ai commencé, j’ai toujours voulu tracer la bonne ligne. Peu importe le rythme de la course, c’était pousser, pousser, pousser. Mais depuis que j’ai gagné pour la première fois en me faufilant à l’intérieur et dans un chemin à l’extérieur, j’ai appris à ne pas bouger si je n’étais pas obligé de bouger. L’essentiel est de conduire les chevaux au mieux de vos capacités et de leur donner les meilleures chances de réussir. »

Texte original (en anglais) : Kyle Swift is living his dream

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

18
Avr.

La saison de Hollywood à Santa Anita commence vendredi

Par Santa Anita

Santa Anita commence sa saison de Hollywood ce vendredi avec le premier départ à 16 heures. La saison de Hollywood, d'une dur...

Lire plus
18
Avr.

Le champion Witty ouvre sa saison dans le King T. Leatherbury

Par LAUREL PARK

Witty, le cheval mâle champion sur le gazon du Maryland en 2023, élevé, détenu et entraîné par Elizabeth Merryman, visera sa...

Lire plus
18
Avr.

Choix du jeudi 18 avril

Par SALLE DES NOUVELLES

Gulfstream (T) – 4e course: (6) CRIMSON PRINCESS Aqueduct (T) – 5e course: (1) TONED UP Keeneland (T) – 1e course: (6)...

Lire plus