La vie avec ‘Vic’ selon Cushing

À 0h01, le 6 janvier 2022 Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA

Dès le début, Roadshow Vic était spécial. Le trotteur, né en 2007, était le premier, et finalement le seul, poulain de la jument Vic’s Lady ainsi que le dernier cheval élevé par Neal Tranten du Maine. En fait, Tranten, alors au milieu des années 70, était prêt à abandonner le côté élevage du sport avant d’être convaincu par un ami de longue date et partenaire de course Mike Cushing de tenter une autre chance en raison de l’affection de Cushing pour Vic’s Lady.

« Elle était si solide et méritait d’être une maman », a déclaré Cushing, qui a conduit et entraîné la jument pour le propriétaire Tranten. « Neal avait beaucoup d’années et ne voulait pas en ajouter, mais je l’ai convaincu d’avoir un dernier cheval. Nous avons élevé Vic ensemble et nous l’avons eu ensemble jusqu’au décès de Neal (en 2017). C’est un cheval vraiment spécial. »

Roadshow Vic, qui a pris sa retraite à l’âge de 15 ans le 1er janvier, a conclu sa carrière avec 59 victoires en 302 courses et 323 323 $ en bourses. Fils de l’étalon Roadshow Hall, il a monté sur le podium un total de 169 fois et a été champion du Maine Standardbred Breeders Stakes à l’âge de 2 ans en 2009. Lors de son dernier départ le 31 décembre à la piste Cumberland, il a battu son compatriote de 14 ans et ancien rival Beer League dans un match race avec Cushing dans le sulky.

Cushing, vainqueur de près de 1 400 courses en carrière qui n’a conduit que quatre fois au cours des trois dernières années tout en se concentrant sur l’entraînement de l’écurie familiale avec sa femme Charlene, s’est assis derrière Roadshow Vic dans trois de ses 28 départs en 2021.

« Je pensais que je le conduirais plusieurs fois cette année comme une dernière course », a déclaré Cushing, qui était le conducteur presque exclusif de Roadshow Vic pour les sept premières années de course du trotteur. « De tout temps, si j’ai eu un cheval qui sort du lot, je dirais que c’est mon animal de compagnie, c’est lui. »

Aussi heureux que Cushing ait pu profiter de quelques courses supplémentaires avec Roadshow Vic, il était encore plus ravi de voir Charlene, qui a entraîné le cheval tout au long de sa carrière, remporter une victoire aux guides avec lui à la foire de Fryeburg en octobre dernier.

« Ma femme ne conduit plus beaucoup et elle n’a conduit Vic que quelques fois dans sa carrière, mais elle n’avait jamais gagné avec lui », a déclaré Cushing. « À Fryeburg, Vic a fait le travail pour elle. C’était plutôt cool. J’ai parcouru toute la côte est et il n’y a pas beaucoup d’endroits où vous pouvez assister en direct comme à la foire de Fryeburg. C’était génial. »

Roadshow Vic a eu sa part de maux et de problèmes au fil des ans, mais a toujours impressionné Cushing par sa ténacité et son désir.

« Malgré ses imperfections, il vaquait à ses occupations dans une course en tant que professionnel complet », a déclaré Cushing. « Dès le premier jour, il était facile à conduire. Il a un peu un pilote automatique en lui. S’il avait besoin de ralentir pour un moment, il ralentissait, ou se ressaisissait. C’était comme s’il pouvait conduire lui-même. »

« Il a saisi l’occasion pour moi je ne sais combien de fois. Quand c’était le temps, il amorçait la poussée pour moi. Se rendre aux courses sans lui au moins deux ou trois fois par mois va être étrange. »

Ce qui sera également étrange, c’est le silence dans l’écurie lorsque Roadshow Vic n’est pas là.

« Depuis le début, il a été un enfant gâté dans l’écurie », a déclaré Cushing en riant. « Il exige une nourriture régulière. Il claque sa porte, la frappe avec son pied – bang, bang, bang – toute la journée. Dès qu’il est à court de foin, bang. Juste pour que vous sachiez, hé, je suis un peu à court ici. »

« Les gens disaient qu’ils ne pouvaient pas supporter ça, mais les quelques fois où nous l’avons mis dehors, nous plaisantions en disant que c’était trop calme dans l’écurie. C’est autre chose. »

Roadshow Vic pourrait être retiré de la course, mais Cushing a déclaré que le hongre ne se trouverait pas simplement dans un champ. Sa prochaine aventure pourrait venir avec l’une des collègues de Charlene, qui cherchera à recycler le trotteur pour les compétitions de dressage. Charlene, en plus de travailler avec les chevaux, est infirmière.

« Vic est un cheval sympathique et il est très ouvert à tout ce que vous voulez faire », a déclaré Cushing. « Je ne peux pas imaginer qu’il échouera, mais si pour une raison quelconque cela ne fonctionne pas, il a toujours une place ici avec nous. C’est un cheval de travail. Il ne serait pas heureux dans un paddock à la retraite. Il a besoin d’un travail, ou il ne sera pas heureux. »

« Qui sait, s’il est toujours là en avril ou en mai, il guidera peut-être mes poulains de 2 ans, les coachant un peu. Il serait ravi de le faire. »

« C’est un cheval cool. Il l’est vraiment. »

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

11
Août.

Quarante-huit 2 ans en piste dans la CdA

Par DANIEL DELISLE

Wow ! Amateurs de jeunes chevaux et donc de surprises sous le fil, soyez au rendez-vous du programme de cette semaine à H3R....

Lire plus
11
Août.

Tellmeaboutit semble à nouveau battre les cotes

Par SALLE DE NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA Media Relations Manager

Alvin Miller sait ce que c'est que d'apporter un négligé au Dan Patch Stakes. Il sait aussi que tout est possible, même pour...

Lire plus
11
Août.

Choix du jeudi 11 août

Par SALLE DE NOUVELLES

Saratoga (T) – 4e course : (7) STRAW INTO GOLD Delaware Park (T) – 3e course : (6) I KNOW YOU LOVE ME Horseshoe Indiana...

Lire plus