Pelling commence la conquête du cinquième titre de l’Adios lors des éliminatoires de samedi à The Meadows

À 0h18, le 24 juillet 2021 Par THE MEADOWS

« Le frisson de la victoire, l’agonie de la défaite » est désormais un vieux cliché sportif banal, mais il aurait pu être inventé juste pour les expériences de l’entraîneur Brett Pelling dans le Delvin Miller Adios Pace for the Orchids.

Pelling a remporté l’épreuve quatre fois avec David’s Pass (1995), Electric Yankee (1996), Timesareachanginging (2004) et Village Jolt (2005). Aucun entraîneur n’a gagné plus, et seul le regretté membre du Temple de la renommée Billy Haughton en a remporté autant. Mais, oh, ce que cela aurait pu être.

En 1997, il semblait avoir capturé les orchidées lorsque Dream Away a franchi le fil en premier, avec 5 ½ longueurs d’avance. Mais Dream Away a été disqualifié pour obstruction et les orchidées sont allées à Legacy Of Power.

L’édition 2020 a peut-être apporté la déception la plus amère de toutes. Le porte-couleurs de Pelling Papi Rob Hanover a non seulement rafler son éliminatoire, mais il l’a également fait dans un record du monde de 1:47.1, une démonstration à couper le souffle de vitesse et de puissance. Mais Papi Rob Hanover, victime d’une blessure qu’il a pu subir lors d’une course précédente, a été retiré de la finale. Cette performance remarquable dans son éliminatoire s’est avérée être la dernière course de sa carrière.

« C’était vraiment un déchirement », dit Pelling. « Il était probablement le plus grand cheval que j’aie jamais eu. »

Mais Pelling est de retour. Samedi à The Meadows, 26 ans après son premier titre, Pelling commencera sa quête d’un cinquième titre lorsqu’il enverra South Beach Star et Dean B Hanover en éliminatoire pour l’Adios d’une bourse de 450 000 $. Les trois éliminatoires de 25 000 $ se déroulent dans les courses huit, neuf et 10 au programme qui comprend également deux stakes pour les pouliches de 3 ans – un événement du Pennsylvania Sires 148 332 $ et un événement de la série PA Stallion de 80 000 $.

South Beach Star démarre de la pole position dans la 8e course pour Todd McCarthy, qui conduira également Dean B Hanover (neuvième course, sixième position).

Le premier départ samedi est à 12h45 tandis que le programme du 31 juillet, la journée de l’Adios, démarrera à midi.

Si Pelling n’a pas visité le cercle des vainqueurs de l’Adios ces dernières années, c’est en partie parce qu’il s’est éloigné de la course pendant plus d’une décennie pour retourner dans son Australie natale. De sa résidence à Perth, il a poursuivi de nombreux intérêts.

« J’ai fait un peu de commerce, rénové une maison, vu une grande partie du monde », dit-il. « J’ai pu faire l’expérience de choses que la plupart des gens dans cette entreprise n’auraient jamais l’occasion de faire. »

Lorsqu’il est revenu aux courses en Amérique du Nord il y a quelques années, c’était avec une nouvelle orientation.

« J’entraînais 60 chevaux à l’époque. Maintenant, je me limite à 25. Grâce à mon personnel, nous nous débrouillons remarquablement bien. Je sais que je ne serai pas bien classé en termes de victoires et de gains. Je recherche davantage les dollars gagnés par départ. Je veux m’assurer que nous obtenons des départs de qualité. »

Il espère que South Beach Star et Dean B Hanover y contribueront.

South Beach Star est sur une lancée, avec quatre victoires et une seconde lors de ses cinq dernières sorties. Sa seule défaite dans cette séquence est venue de One Eight Hundred, qui est également dans l’Adios. (9e course, 7e position, Tim Tetrick). Pelling reconnaît que l’Adios est un pas en avant pour le fils de Somebeachsomewhere-Higher And Higher.

« Il était un peu faible à 2 ans », dit Pelling. « Je suis surpris de la force dont il a fait preuve cette année. Il a une bonne allure et est polyvalent. Il n’est qu’à un cran d’être vraiment de première classe. »

Dean B Hanover (Betting Line-Deli Beach) était un achat de 340 000 $ à un an que les propriétaires Blue Chip Bloodstock Inc. et Mac Nichol ont transféré à l’écurie de Pelling il y a environ un mois.

« Il n’a pas été à la hauteur des attentes l’an dernier, mais il a une vitesse élevée et est facile. Il doit apprendre à finir. »

Pelling note que, bien que la course ait quelque peu changé pendant sa pause, deux aspects de l’Adios sont restés constants. Le premier est le défi que l’événement présente aux entraîneurs de l’extérieur.

« Vous devez transporter les chevaux deux fois, ce qui signifie que vous passez essentiellement 24 heures sur la route sur une période de huit jours. Les chevaux basés à The Meadows ont définitivement un gros avantage. »

Deuxième constante : la férocité avec laquelle les conducteurs disputent la Course pour les Orchidées.

« Je n’ai pas vu beaucoup de courses de l’Adios qui n’aient pas été à la limite de la folie », dit Pelling. « Ils ne donnent rien et vont et maintiennent la vitesse sur la piste de course. C’est à plein gaz tout le long. »

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

24
Sep.

Journée nationale des palefreniers(ères), dimanche

Par DANIEL DELISLE

Standardbred Canada a initié il y a quelques années une journée dédiée aux travailleurs, travailleuses de l’ombre, dans le mo...

Lire plus
24
Sep.

Lindy The Great vise un deuxième titre dans le Caesars Trotting Classic

Par SALLE DES NOUVELLES/KEN WEINGARTNER, USTA

Lindy The Great, qui a rejoint San Pail et Fool's Goal il y a trois semaines en tant que chevaux les plus âgés de ce siècle à...

Lire plus
24
Sep.

Une description de rêve du Metro Pace pour l’homme derrière le micro

Par SALLE DES NOUVELLES/Chris Lomon, WEG Communications

Même s'il est vrai que ce sera beaucoup plus facile à dire qu'à faire, Ken Middleton, comme il l'a toujours fait, fera la des...

Lire plus