Réflexions de course avec Aaron Merriman

À 11h26, le 13 juin 2023 Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA Media Relations Manager

Il est quelque peu approprié que la fête des pères soit dimanche car chaque fois qu’Aaron Merriman parle de la personne la plus influente de sa carrière, il parle de son père, Lanny.

Merriman a suivi son père dans les courses attelées et l’a fait étape par étape. Pendant un certain temps, Aaron n’était pas certain que les courses seraient sa carrière – il a brièvement fréquenté l’université – mais l’attrait des chevaux s’est avéré trop important. Il a remporté sa première victoire en 1998, 10 jours avant son 20e anniversaire, et a ajouté à ce total à un rythme record depuis.

Merriman, âgé de 44 ans, a remporté 14 815 courses à vie, ce qui le place au quatrième rang parmi tous les conducteurs de l’histoire nord-américaine. Il a mené le sport dans les victoires chacune des huit dernières années – la plus longue séquence de tous les temps du sport – et est à nouveau n ° 1 cette saison. Il est l’un des quatre conducteurs à avoir remporté plus de 1 000 courses dans une année, et le seul à l’avoir fait plus d’une fois. Il s’est également classé parmi les 10 meilleurs boursiers au cours des huit dernières années.

« Je n’aurais jamais imaginé cela », a déclaré Merriman, qui a été le conducteur américain de l’année 2018.

Tout a commencé avec un cheval nommé Rosemont Student que Lanny a entraîné et conduit, qui a rejoint l’écurie quand Aaron avait 15 ans. Rosemont Student a voyagé aux États-Unis et au Canada en tant qu’ambleur de haut niveau et concurrent occasionnel sur le Grand Circuit (incluant un chèque remporté dans le Breeders Crown 1993 chez les ambleurs de la classe ouverte).

« Mon père s’entendait très bien avec le cheval », a déclaré Merriman. « C’était un cheval que j’aimais vraiment regarder. Je me souviens qu’il a battu Shady Daisy une fois à Scioto. Je ne pensais pas être conducteur à ce moment-là, mais il m’a motivé pour les courses. Il voyageait partout, et c’était plutôt cool. »

« C’était un cheval très calme, très décontracté. Quand il courait, il adorait être le premier, je m’en souviens. Il était très courageux. C’était vraiment un très bon cheval. »

Merriman ne travaillait pas avec les chevaux de son père lorsque Rosemont Student est arrivé, mais l’adolescent a finalement trouvé son chemin dans l’écurie.

« Je n’ai pas fait de jogging ni d’entraînement, mon père m’a fait tout faire à partir de zéro », a déclaré Merriman. « J’ai commencé avec les stalles et l’équipement et je suis parti de là. Ce n’était pas comme si j’avais sauté les étapes pour devenir conducteur, et je n’en avais pas vraiment envie à l’époque. J’avais prévu d’aller à l’université. Ce n’était pas vraiment dans les cartes pour moi à l’époque. »

Le premier cheval que Merriman a couru seul était Passthemall, un trotteur de l’écurie de son père. C’était une expérience mémorable.

« Mon père faisait du jogging sans poignées à ce moment-là », a déclaré Merriman. « Le cheval a couru avec moi pendant deux tours, et je l’ai sorti de la piste. Mes bras brûlaient quand je suis revenu à l’écurie, mais je riais à moitié ; Je n’étais pas troublé. »

Merriman rit encore en se remémorant l’histoire.

« Mon père a dit que je devrais rester un peu plus longtemps dans l’écurie », a-t-il ajouté en riant. « C’était probablement quelques mois avant que je fasse du jogging avec un autre cheval, et cette fois-là, j’en ai eu un très facile. »

Merriman a fait son premier départ en compétition dans une course avec bourse en 1997 avec un cheval qu’il a également entraîné, Knolls Vandelier. L’ambleur avait été acheté pour Merriman par son oncle Gary.

« Il a acheté le cheval avec l’un de ses collègues et cela m’a en quelque sorte amené à prendre soin d’eux », a déclaré Merriman. « C’était une approche différente, posséder et travailler avec le cheval. Il m’a intéressé. C’était un cheval à réclamer, un gentil cheval. Il avait quelques problèmes, mais c’était un bon cheval pour apprendre. Cela m’a certainement aidé. »

En 2000, Merriman a participé pour la première fois à plus de 1 000 courses en un an, en remportant 182. En 2004, il a remporté 300 victoires pour la première fois en une saison, a remporté son 1 000e triomphe en carrière et a remporté son premier million de dollars dans une saison. L’un des chevaux au centre du succès de Merriman cette année-là était Northmedo Tam, une ambleuse de deux ans qui a donné à Aaron son premier championnat Ohio Sire Stakes.

« Elle avait peu ou pas de vitesse au départ », a déclaré Merriman. « Je la déplacerais tôt et elle était vraiment sérieuse et courageuse, surtout pour un cheval de 2 ans. Elle revenait toujours de l’arrière. Je m’entendais bien avec elle. »

Un autre cheval clé pour Merriman à cette époque était Midnight Jewel, une ambleuse âgée de haut calibre.

« C’était un bon cheval », a déclaré Merriman. « Elle avait l’habitude de courir sans couverture avec les mâles et de les battre. Avoir un cheval comme elle, était important, gagner les meilleures courses. Elle était une sorte de pilier national et elle m’a attiré l’attention nationale en la conduisant. »

Pour tout ce que Merriman a accompli, cependant, son père – qui a 1 275 victoires en conduite et 769 victoires comme entraîneur – reste une présence percutante.

« Il a toujours été très constant; heureux et positif », a déclaré Merriman. « Au début de ma carrière, c’était difficile d’imiter cela parce que j’étais encore un jeune homme immature. Au fur et à mesure que je vieillis et que j’ai plus d’expérience, c’est en quelque sorte venu à moi. Si j’ai une mauvaise course, une mauvaise ‘drive’, ça me dérange, mais je peux l’oublier. »

« Et j’admire son expérience. Souvent, je l’appelle si j’ai une question. Si j’ai un cheval que je conduis et que je pense à quelque chose pour l’aider, je demande toujours son avis. Tout passe par lui. »

« Il a été l’influence la plus importante sur moi et ma carrière. À cent pour cent. »

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

21
Juin.

Début ce vendredi des courses spéciales

Par DANIEL DELISLE

Plus tôt dans la saison, on a appris que la Série québécoise, telle qu’on l’avait connue, ne revenait pas en 2024. À la deman...

Lire plus
21
Juin.

Funtime Bayama vendu

Par Laurent Sauvé/Dave Little, Meadowlands Media Relations

Funtime Bayama, troisième dans le North America Cup samedi soir (15 juin), a été vendu pour un montant non divulgué aux propr...

Lire plus
21
Juin.

Choix et commentaires de Daniel « Le Prof » Delisle à H3R

Par Salle de nouvelles/Newsroom

Choix gagnants : 40/93 – 43.0% Vendredi 21 juin 1ère course : 4-3-8-2 4. HP COATICOOK Retour au bercail après deux...

Lire plus