Réveillez-vous à l’heure de Fika‎

À 0h03, le 4 février 2022 Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA

‎Fika Time est un cheval qui attire un peu l’attention pour son nom. Deux fois champion des New Jersey Sire Stakes, l’ambleur a reçu le nom de l’épouse de l’éleveur-propriétaire Chase Vandervort, Louise Arvidsson, originaire de Suède. Le nom signifie « heure du café » en suédois.‎

‎« Elle voulait un peu un nom suédois, alors nous avons choisi Fika Time », a déclaré Vandervort. « J’ai trouvé que c’était plutôt chouette parce que la plupart des Suédois ont des trotteurs, et nous avons un ambleur qui a un nom suédois. C’est assez drôle. Dans le paddock, beaucoup de palefreniers suédois ont fait un peu plus attention quand il a couru à cause de son nom. »‎

‎Bien sûr, gagner aide également à attirer l’attention. Comme l’a noté Vandervort, « C’est le cheval qui fait le nom. »‎

‎Fika Time, qui fait ses débuts de sa saison de 4 ans dans une course avec condition samedi à The Meadowlands, a remporté sept de ses 11 courses en carrière et 185 470 $. Vandervort, qui entraîne le fils de Sunfire Blue Chip-Raiders Favorite, sera dans le sulky alors que Fika Time part de la sixième position.‎

‎Tim Tetrick a conduit Fika Time dans les New Jersey Sire Stakes à l’âge de 2 et 3 ans, où il a été invaincu en un total de six départs dans des pelotons de deux ou trois chevaux.‎

‎« Cela a été une bénédiction, et cela a été une telle surprise », a déclaré Vandervort. « Tout s’est passé si vite, donc je n’ai pas vraiment eu le temps d’en profiter pendant que cela se passait. En y repensant, c’était une chose assez incroyable. Je sais, évidemment, que c’était une course de deux ou trois chevaux, mais l’argent est toujours à la banque, et nous en sommes très reconnaissants. »‎

‎« Nous avons eu beaucoup de chance avec les petits pelotons, mais je pense que nous avons quand même sorti un très bon produit avec notre cheval. Je pense qu’il a du talent, mais il n’a pas fait ses preuves. Nous en saurons beaucoup plus dans les semaines à venir. Je pense que nous devons nous frayer un chemin à travers les (conditions) et ensuite nous verrons ce qu’il est. Nous voulons juste le développer, faire ce qu’il faut. Nous voulons qu’il se sente bien dans sa peau. »‎

‎Vandervort, un résident du New Jersey âgé de 36 ans, est impliqué dans les courses de harnais depuis près de deux décennies. Il a commencé avec sa sœur, Leah, avant de travailler pour d’autres écuries au fil des ans. Il a une écurie de cinq chevaux à sa ferme, où il garde également un petit cheptel de poulinières et passe plusieurs mois par an à préparer de jeunes chevaux pour des clients. »‎

‎« J’ai fait un peu de tout », a déclaré Vandervort, qui, en plus de l’élevage, de l’entraînement et de la conduite, a travaillé comme forgeron. « Je pense que c’est un peu ça. »‎

‎« Évidemment, si quelqu’un m’appelait demain et me disait qu’il voulait mettre 20 bébés de cent mille dollars dans l’écurie, je ne pourrais pas dire non à cela », a-t-il ajouté en riant. « Ce serait bien. Mais en ce moment, c’est un rythme très détendu ici avec quelques chevaux de course et notre petite entreprise quatre mois par an en domptant des chevaux pour les gens. Nous verrons où cela nous mènera pour le moment. »‎

‎L’année dernière, Vandervort a pris le départ 35 fois en tant qu’entraîneur, a monté sur le podium un total de 20 fois avec cinq victoires et a gagné un record en carrière de 175 552 $ en bourses. En plus de gagner un New Jersey Sire Stakes avec Fika Time, il en a remporté un autre avec Polaris Breech, un ambleur mâle de 2 ans. Ce cheval appartient à Leah, qui l’a également élevé.‎

‎« Le temps a mis les choses en place et je suis juste heureux que les choses fonctionnent un peu », a déclaré Vandervort. « J’espère que ça va continuer comme ça. »‎

‎Quant à Fika Time, ce sera une étape à la fois.‎

‎« Il n’y a pas de pression parce que je le possède et que je l’entraîne », a déclaré Vandervort. « Tant qu’il le fait de la bonne façon, je suis heureux. J’espère qu’il pourra gagner de l’argent et se sentir bien dans sa peau et devenir un bon cheval de course dans les courses régulières, ou si nous avons de la chance, un bon cheval de la classe ouverte.‎

‎« Je ne veux pas aller courir après (le Grand Circuit). Je ne veux pas pousser ma chance trop loin. J’espère que je me trompe à ce sujet. J’espère qu’il est meilleur que ça. Je me sentirai bien si je me trompe. Ce serait une bonne chose. Mais le plan à long terme est d’avoir un bon cheval de course. »‎

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

25
Mai.

Les pouliches du circuit NYSS s’amènent à Buffalo mercredi‎

Par BUFFALO

‎Les dames occuperont le devant de la scène à la piste Buffalo mercredi après-midi (25 mai), alors que toutes les courses sau...

Lire plus
25
Mai.

Choix du mercredi 25 mai

Par SALLE DE NOUVELLES

Parx (T) – 4e course : (7) DUNE JUMPER Finger Lakes (T) – 5e course : (4) SMART BROAD Belterra Park (T) – 2e course : (...

Lire plus
25
Mai.

5 questions à Louis-Philippe Roy

Par SALLE DE NOUVELLES/Chris Lomon, Woodbine Communications

Louis-Philippe Roy est arrivé en Ontario après avoir débuté sa carrière de conducteur dans son Québec natal et est rapidement...

Lire plus