Svanstedts réfléchit à sa journée et sa saison « spéciales »

Svanstedts réfléchit à sa journée et sa saison « spéciales »

À 0h02, le 2 novembre 2021 Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA

Lorsque Sarah et Ake Svanstedt ont déménagé aux États-Unis il y a huit ans avec leurs deux jeunes enfants, Erik et Jonas, c’était pour une nouvelle aventure, ainsi que la chance de ralentir le rythme effréné de l’exploitation d’une écurie de 200 chevaux et de courser toute l’année à travers la Suède.

Dans les années qui ont suivi son arrivée aux États-Unis, l’écurie de Svanstedt n’a pas atteint les trois chiffres chez les chevaux, mais elle n’a pas non plus vraiment ralenti. Après avoir commencé avec 35 chevaux lors de sa première saison de course, l’entreprise a augmenté de façon exponentielle pour atteindre près de 80.

Avec la croissance régulière est venu un succès soutenu. Ake Svanstedt s’est classé parmi les meilleurs entraîneurs au niveau des bourses sur une base annuelle et est passé de la cinquième place en 2019 à la quatrième place en 2020 à la troisième place cette année. Avec un mois de course à faire sur le Grand Circuit, Ake a déjà atteint des sommets en carrière dans ses gains comme entraîneur de près de 6 millions de dollars et des gains comme conducteur de 3,43 millions de dollars.

Les événements de samedi dernier à The Meadowlands figureront parmi les faits saillants de cette année alors qu’Ake a remporté les deux premiers trophées Breeders Crown de sa carrière, remportant l’Open Trot avec Ecurie D DK et le Mare Trot avec Felicityshagwell S. De plus, il avait quatre autres chevaux qui ont monté sur le podium alors que l’écurie a totalisé 941 000 $ en gains dans le Breeders Crown.

« Nous étions censés ralentir notre vie en déménageant ici depuis la Suède », a déclaré Sarah Svanstedt en riant. « Cela ne s’est pas produit de toute évidence. »

« Ce (succès) vient avec beaucoup d’heures de travail derrière. Quand ces jours portent leurs fruits, vous êtes fier de votre travail. Et je suis fier de l’équipe derrière nous. Tout autour, c’est incroyable. »

Ake s’est amené dans la finale du Breeders Crown de cette année avec six deuxièmes places et cinq troisièmes en 36 départs dans la série. Il n’est devenu que le troisième entraîneur au cours des 15 dernières années à également conduire son cheval à la victoire dans un Breeders Crown, rejoignant Ray Schnittker avec Deweycheatumnhowe en 2007 et Verlin Yoder avec Woodside Charm en 2018.

« C’est gros », a déclaré Ake à propos de la victoire de deux trophées samedi. « C’est beaucoup d’argent, mais c’est prestigieux de remporter un Breeders Crown. Je suis très heureux. Tous les chevaux ont bien couru. (Samedi) a été l’une des plus grandes journées de course de ma vie. »

Svanstedt, qui a commencé sa carrière professionnelle il y a 38 ans à l’âge de 24 ans, a été nommé entraîneur suédois de l’année à cinq reprises et conducteur de l’année à trois reprises. Il a remporté plusieurs des meilleures courses en Europe, y compris l’Elitlopp à deux reprises, et a quitté la Suède avec 6 306 victoires en tant que conducteur et 5 384 en tant qu’entraîneur. Il a été intronisé au Temple de la renommée de la Suède en 2017.

« Je pense que déménager aux États-Unis est ce dont Ake avait besoin pour continuer à faire aussi bien dans sa carrière d’homme de chevaux », a déclaré Sarah. « Il avait besoin d’une nouvelle aventure, d’un nouveau défi, pour lui donner quelque chose sur quoi travailler pour faire mieux. C’était une grande différence quand nous avons déménagé ici. Pas seulement en matière de course ; il a dû changer son style de conduite, il a dû changer sa façon d’entraîner avec des températures plus chaudes, il en avait plus (jeunes chevaux). Cela a donc été un défi. »

« Mais c’était amusant de déménager ici. La seule chose qui est difficile, c’est quand vous n’avez pas de famille et que vous avez de jeunes enfants. Nos enfants avaient 1 et 3 ans lorsque nous avons déménagé. Cette partie a peut-être été un défi encore plus grand, pour gérer la vie de famille. »

Les Svanstedt passent les hivers en Floride et les saisons de course dans le New Jersey. Sarah, qui a participé à près de 500 courses à l’étranger, a réduit son implication pratique dans l’écurie lorsque Erik et Jonas étaient plus jeunes, mais est récemment revenue pour aider Ake à entraîner et à conduire occasionnellement dans des courses.

« Au cours des deux dernières années, j’ai été son bras droit », a déclaré Sarah. « Je travaille avec lui depuis 20 ans, donc je sais ce qu’il veut en termes d’entraînement, de course et de soins aux chevaux. Les jours d’entraînement, nous sommes sur la piste du petit matin jusqu’au déjeuner. S’il va (courir) et qu’il n’y a pas trop de chevaux, alors je reste à la maison avec les enfants. Mais, de nombreux jours, j’en fais aussi partie. »

Plus tôt cette année, Ake a remporté l’Hambletonian avec Captain Corey, ce qui ajoute à la particularité de cette saison pour les Svanstedts.

« J’aime Corey depuis le premier jour parce qu’il a toujours été un tel professionnel », a déclaré Sarah. « Je travaille avec tous les chevaux de l’écurie, mais il y avait un lien avec lui qui était supplémentaire. C’est quelque chose de très rare. Et quand il finit par être un excellent cheval en plus de cela, c’est absolument incroyable. »

Parmi les autres grands triomphes de cette année figuraient le Yonkers Trot avec Johan Palema, le Beal Memorial avec Captain Corey et le Dayton Trotting Derby avec Back Of The Neck.

Depuis son arrivée aux États-Unis, Ake a remporté 776 courses et 34,8 millions de dollars en bourses en tant qu’entraîneur. Il a décroché 479 victoires en tant que conducteur.

« Cela a été très gratifiant et je suis très reconnaissante envers tous ceux qui participent à l’opération », a déclaré Sarah. « Les palefreniers, les forgerons, les vétérinaires, les dentistes et surtout les propriétaires. S’il n’y a pas de propriétaires, nous n’avons pas de travail. Nous remercions les propriétaires qui veulent nous faire confiance. Nous sommes bénis. »

Ake a également exprimé sa gratitude, sachant qu’il n’y a aucune garantie de succès.

« On ne peut jamais s’y attendre avec les chevaux », a-t-il déclaré. « Cela demande du travail, jour après jour. »

Après une pause émotionnelle, il termina.

« C’est spécial. »

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

28
Nov.

Le Gray et Le Mazarine en tête d’affiche dimanche à Woodbine

Par WOODBINE

Un duo de stakes pour jeunes chevaux avec une bourse de 150 000 $, le Gray et le Mazarine, mettent en évidence le programme d...

Lire plus
28
Nov.

Les meilleurs chevaux dans l’action dimanche à Cal Expo

Par CAL EXPO

Oneida Blue Chip, qui a couru au plus haut niveau cet été à Running Aces dans le Minnesota, se profile comme celle à battre d...

Lire plus
28
Nov.

Braxten Boyd profite de son parcours en 2021

Par SALLE DES NOUVELLES/Gordon Waterstone, USTA

Le conducteur Braxten Boyd a remporté 224 courses au cours de ce qui semble être une année exceptionnelle. Mais 222 d'entre e...

Lire plus