Tyler Miller se fraye un chemin

Tyler Miller se fraye un chemin

À 2h26, le 13 avril 2021 Par SALLE DE NOUVELLES/RICH FISHER, USTA

Dans toute profession exercée sur la scène publique, une progéniture essayant de suivre les traces de leurs célèbres parents a généralement des avantages et des inconvénients, tels que la pression de vivre à la hauteur des réalisations de leurs prédécesseurs.

Le conducteur Tyler Miller, cependant, estime que c’est une rue à sens unique sans nids-de-poule.

« Je pense vraiment que cela m’aide », a déclaré Miller. « Je suppose que la réputation de ma mère et mon père, étant mes parents, alimente encore plus ma passion et m’incite à être aussi bon qu’eux, sinon meilleur. »

C’est en soi un objectif ambitieux puisque le père de Tyler est Andy Miller, qui se classe 20e dans l’histoire des courses attelées en Amérique du Nord avec 9 663 victoires. Et puis il y a sa mère, Julie Miller, qui compte 2 020 victoires comme entraîneur, et son oncle Erv Miller, avec 5 654 triomphes comme entraîneur. Julie se classe 19e dans les gains en bourses en carrière pour un entraîneur (45 718 446 $) et Erv est troisième (89 904 892 $).

Avec ce genre de pedigree, il n’est pas surprenant que Miller soit monté dans le sulky après avoir obtenu un diplôme en administration des affaires de la Rider University.

« Ça toujours été dans ma vie depuis ma naissance », a déclaré le jeune de 23 ans. « J’ai passé ma vie sur les pistes de courses et je n’ai pas vraiment vu de cheminement de carrière différent pour moi. »

Il n’y a pas été contraint, mais au contraire. Alors que ses parents ont laissé Tyler libre de son cheminement de carrière, Julie a fermement insisté pour qu’il obtienne un diplôme universitaire pour avoir quelque chose sur lequel se rabattre. Miller n’a eu aucun problème avec cela, bien qu’il ait commencé à s’intéresser à son avenir en fréquentant le lycée Allentown du New Jersey, un berceau de personnalités exceptionnelles de la course sous harnais.

Tyler avait toujours aidé à l’écurie le week-end et l’été. Mais vers l’âge de 14 ans, alors qu’il assistait au Hambletonian ou Meadowlands Pace, Miller a commencé à réaliser que son père était parmi l’élite de sa profession.

« Quand il y avait les séances d’autographes à The Meadowlands, je voyais ces énormes files de gens qui attendaient d’obtenir des autographes de tous les conducteurs qui couraient ce jour-là, et je me suis dit: « Eh bien, l’une des personnes qu’ils attendent pour avoir un autographe c’est mon père », se souvient Tyler. « C’était plutôt cool de voir et de réaliser ce qui se passait réellement. »

À peu près à la même époque, Julie a été interviewée par WorkingMother.com et a plaisanté en disant: « Je mélange la façon dont je traite les chevaux et les enfants. » Lorsqu’on lui a demandé si sa mère lui avait déjà servi du foin pour le dîner par inadvertance, Tyler a ri et a répondu: « Ouais, peut-être que nous nous sommes retrouvés avec un bol de céréales à table et que le cheval a eu le steak, mais cela ne s’est produit qu’une seule fois. »

Le désir de Julie que Tyler obtienne son diplôme universitaire n’était pas une blague, bien sûr, et pendant quatre ans, il a mis les chevaux en attente, sauf quand il rentrait à la maison l’été.

« Je revenais s’ils avaient besoin d’aide, le trajet n’était que de 30 minutes », a déclaré Miller. « Mais si j’allais à l’école, je voulais m’assurer de profiter de l’expérience complète de l’université et de vivre ces quatre années au maximum. Ensuite, je reviendrais et j’irais travailler. »

« Quand j’ai obtenu mon diplôme, j’ai réalisé que les chevaux étaient ce que je voulais faire et j’ai plongé directement dedans. Mes parents m’ont donné beaucoup de liberté et m’ont laissé décider ce que je voulais faire de ma carrière et comment je voulais poursuivre ma vie. J’ai choisi les courses sous harnais et je m’en tiens à ça. »

Miller sent que son engouement pour la conduite a commencé à s’installer vers les deux dernières années du lycée.

« C’est tellement amusant d’être avec les chevaux, ils ont tous leur propre personnalité », a-t-il déclaré. « Quand j’ai commencé à entraîner davantage à l’écurie, à aider mes parents – aller plus vite sur le sulky et sentir les chevaux vouloir courir, la vitesse et l’endurance et surtout la montée d’adrénaline que vous avez en conduisant – une fois que j’ai attrapé le virus, je ne pouvais pas m’en débarrasser. J’ai vraiment commencé à travailler beaucoup plus à l’écurie pendant les étés et j’en ai fait beaucoup plus ici. »

Les premiers départs de Tyler sont survenus alors qu’il était encore à l’université, lorsqu’il avait remporté deux victoires et deux deuxièmes en sept départs. Il a fait 21 départs dont sept victoires l’année suivante et a débuté à temps plein en 2020, obtenant 12 victoires et montant sur le podium 57 fois en 165 départs tout en récoltant 101 300 $.

Après 181 départs cette saison, il compte 17 victoires, 12 secondes, 19 troisièmes et 112 066 $ en gains. Miller conduit principalement à Freehold mais a également couru à The Meadowlands et Yonkers.

« Je suis content jusqu’à présent », a-t-il déclaré. « C’est toujours agréable de gagner, mais j’essaie juste de retirer quelque chose de chaque départ; faire de chacun d’eux une expérience d’apprentissage et en retirer tout ce qui est possible. »

Il n’a pas de victoire spécifique qui se démarque jusqu’à présent, mais certaines sont spéciales.

« Principalement courir et gagner quelques courses à The Meadowlands », a déclaré Miller. « Tout simplement parce que cette piste a une telle histoire pour le nombre de chevaux et d’hommes et de femmes de chevaux qui ont parcouru cette piste et l’ont fréquenté. C’est presque surréaliste de pouvoir dire que vous courez à Meadowlands. »

Tyler admet que peut-être son nom de famille « aide un peu » à se frayer un chemin, mais Andy et Julie le laissent faire tout seul. Miller refuse d’utiliser leurs noms pour s’aider à obtenir des engagements.

« J’ai en quelque sorte fait mon propre chemin », a-t-il déclaré. « Je suppose que cela aide parce qu’ils sont mes parents et qu’ils sont dans l’industrie depuis toujours, mais j’essaie simplement de gagner ma vie et de me faire un nom. »

Il n’est pas opposé à demander des conseils à Andy, mais il est prompt à souligner que son père ne lui imposerait jamais de conseils.

« Il me laisse en quelque sorte faire mon propre truc et apprendre au fur et à mesure, mais il est toujours là si je me demande ce que j’aurais dû faire ou ne pas faire », a déclaré Tyler. « Mais il ne me dit pas comment conduire, il me permet juste d’apprendre à conduire à ma façon. Mais il est toujours là si j’ai besoin de conseils pour tirer le meilleur parti d’un cheval. »

Tyler n’a pas exclu l’entraînement dans le futur, mais pour l’instant, il se concentre totalement à conduire. Il n’a aucun problème à demander de l’aide à d’autres personnes autre que son père.

« J’essaie d’apprendre quelque chose de n’importe qui, » dit-il. « Conduire à The Meadowlands c’est être avec l’une des meilleures colonies de conducteurs qui soit. J’essaie d’en apprendre quelque chose comme partout ailleurs où je conduis. »

On dirait un gars qui fait vraiment son propre chemin.

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

28
Oct.

Les trotteurs cherchent la célébrité lors des finales du Breeders Crown vendredi

Par SALLE DES NOUVELLES/Ken Weingartner, USTA

Cette fois, Alexis a décroché le rôle principal. Lilbitalexis, dont le nom fait référence à la chanson interprétée par le...

Lire plus
28
Oct.

Code of Honor en tête d’un peloton de neuf pour le Hagyard Fayette

Par KEENELAND

Code of Honor, double vainqueur de garde 1, domine un peloton de neuf chevaux de 3 ans et plus inscrits mercredi pour la 64e...

Lire plus
28
Oct.

Statistiques de l’Hippodrome 3R

Par SALLE DES NOUVELLES

Conducteurs Dép. 1e 2e 3e Gains MOY. Pascal Bérubé 267 60 34 40 218 240 .345 Stéphane Brosseau...

Lire plus