Wallin réalise son rêve d’enfant avec une présence dans le Hambletonian

À 0h01, le 5 août 2022 Par SALLE DE NOUVELLES/Rich Fisher, USTA Web Newsroom Senior Correspondent

Il y a quatorze ans, Lucas Wallin a regardé avec émerveillement à The Meadowlands le cheval Deweycheatumnhowe de Ray Schnittker remporter le Hambletonian.‎

‎« C’était le premier Hambo que j’ai vu ici », a déclaré le Suédois. « Après cela, j’ai dit qu’un jour je déménagerais ici et que j’essaierais d’y être. Donc, c’est plutôt ‘cool’.‎ »

‎ ‘Cool’ parce qu’à 29 ans, « un jour » est arrivé pour l’entraîneur, dont le poulain Rebuff est le favori de la cote matinale à 9 contre 5 samedi dans le Hambletonian à 1 million de dollars, l’événement le plus important du sport pour les trotteurs de 3 ans, à The Big M. Tim Tetrick a conduit Rebuff à la victoire dans son éliminatoire la semaine dernière par 1 ¼ longueurs sur Fast As The Wind en 1:52.2.‎

‎« Je suis très heureux de lui », a déclaré Wallin. « Il est sorti de la course bien aussi. Comme nous avons traversé toutes ces courses, nous avons été très confiants, et on a l’impression qu’il va de mieux en mieux. Je pense qu’il l’a montré (dans son éliminatoire) aussi. Je ne peux pas être plus heureux avec lui que je ne le suis en ce moment. C’est un sentiment formidable cette semaine.‎ »

‎Rebuff appartient à Kjell Magne Andersen, Pieter Delis et Wallin. Il a remporté le Breeders Crown l’an dernier pour les trotteurs mâles de 2 ans, compte sept victoires en 14 départs en carrière et 573 670 $ en bourse. Il s’amène avec une série de six victoires, qui a débuté en octobre dernier, dans la finale de samedi. Tetrick a remporté le Hambletonian 2012 avec Market Share.‎

‎Wallin a des attachements avec plusieurs personnes dans la course de cette année, soit directement, soit à travers le temps passé.‎

‎Lui et sa femme Mikaela attendent leur premier enfant en novembre et Mikaela s’occupe de Joviality S, une pouliche qui est le deuxième choix de la course derrière Rebuff, pour son frère Marcus Melander. Joviality S est l’un des trois chevaux de Melander en finale. Ironiquement, Schnittker revient dans la finale du Hambletonian (avec King Of The North, lauréat du prix Dan Patch) pour la deuxième fois seulement depuis 2008, lorsqu’un certain Lucas âgé de 15 ans l’a vu tout gagner et a commencé à fantasmer sur le premier samedi d’août à East Rutherford au New Jersey.‎

‎Ce n’est pas le premier rôle de Wallin dans le Hambletonian, car l’année dernière, il a conduit Cuatro De Julio à une septième place. Mais c’est le premier cheval qu’il a entraîné qui a atteint la finale de la course classique.‎

‎« Cela signifie tout », a déclaré Wallin. « C’est le premier cheval que nous avons essayé de qualifier pour le Hambo, donc bien sûr, c’était bien d’arriver en finale. Quoi qu’il arrive, il est là. Nous devons juste travailler encore plus fort si nous ne voulons pas être exclus samedi. Mais c’est un rêve devenu réalité. »‎

‎Lucas a commencé à conduire des poneys à l’âge de 8 ans en Suède et a rapidement commencé à aider dans l’écurie de son oncle Joakim Wallin. Après avoir déménagé en Amérique, il a travaillé à l’écurie d’Ake Svanstedt de 2014 à 2016. Svanstedt, qui a remporté le Hambletonian l’année dernière avec ‎‎Captain Corey‎‎ et en 2017 avec Perfect Spirit, a la pouliche Jiggy Jog S en finale cette année. Elle a remporté l’autre éliminatoire la semaine dernière et est à 4 contre 1.‎

‎« J’ai passé un très bon moment (à travailler pour Svanstedt) », a déclaré Wallin. « J’avais beaucoup de responsabilités et il m’a laissé conduire beaucoup de chevaux. Travailler aux côtés d’Ake est une chose énorme. Si vous êtes intéressé et prêt à apprendre, c’est le bon gars à vos côtés. Vous ne pourriez pas avoir un meilleur entraîneur pour qui travailler. »‎

‎Mais Wallin n’a pas pu résister à travailler pour lui-même. Il a ouvert sa propre écurie à l’âge de 23 ans et depuis lors, il a remporté 148 courses et 3,5 millions de dollars. Il a établi un sommet en carrière pour les bourses l’an dernier avec 1,06 million de dollars.‎

‎« Je ne savais pas trop quand j’allais être entraîneur », a déclaré Lucas. « J’avais juste le sentiment que je voulais être seul et l’essayer. J’ai commencé avec un cheval que j’ai acheté lors de la vente mixte à The Meadowlands. Puis j’en ai eu un de plus et un de plus. Ensuite, j’ai eu quatre chevaux et nous nous en sommes bien sortis. Chaque année, nous nous améliorions de plus en plus. »‎

‎Wallin est prompt à reconnaître qu’une grande partie de son succès vient du fait qu’on lui a confié des chevaux talentueux.‎

‎« Sans de bons chevaux, vous n’êtes rien », dit-il. « J’ai de très bons propriétaires. C’est tout. Vous pouvez travailler dur, mais si vous n’avez pas la chance avec de bons chevaux, vous ne ferez pas bien. Je suis très reconnaissant. Il est probablement difficile de laisser un jeune Suédois commencer seul dans un autre pays. Je suis très reconnaissant pour les gars qui ont commencé avec moi. »‎

‎Après six ans d’ascension, Wallin profite de l’atmosphère de la semaine du Hambo.‎

‎« C’est bien », a-t-il déclaré. « Beaucoup de gens me demandent si je suis nerveux et s’il y a de la pression. Samedi, bien sûr, je serai plus nerveux, mais pour l’instant, c’est juste une semaine normale. Je me sens très confiant avec le cheval, et (Tim Tetrick) et moi-même et toute l’équipe autour de moi. Nous avons fait tout ce que nous pouvions faire, et il aborde la course en pleine forme. Donc, nous allons essayer de nous amuser.‎ »

‎« Tim a fait un travail formidable avec lui. Habituellement, nous ne parlons pas de tactique; Je lui laisse le soin de le faire et ensuite nous pouvons bavarder un peu. Avant le Stanley Dancer, nous avons dit que si nous avions une chance, nous aimerions l’essayer en tête du peloton, alors nous avons essayé cela avant l’éliminatoire du Hambo. Sinon, il fait ce qu’il veut. »‎

‎Ce n’est que le quatrième départ cette année pour Rebuff et bien que certains observateurs aient été surpris par le petit échantillon, Wallin a déclaré que tout était conforme au plan.‎

‎« J’ai entendu beaucoup de questions sur ce que nous avons fait avec lui », a-t-il déclaré. « Il a couru beaucoup de fois à l’âge de 2 ans, et c’est un cheval de belle taille et assez léger et avec une bonne allure. Nous nous sommes dit qu’il n’avait probablement pas besoin d’autant de départs pour le mettre en forme. Jusqu’à présent, le plan a fonctionné assez parfaitement.‎ »

‎« C’est différent d’un cheval à l’autre. Mais nous avons été très confiants à ce sujet. Ce serait une autre chose si nous n’avions couru que trois ou quatre fois l’an dernier, mais il a couru 11 fois. Nous sommes très confiants depuis le premier jour et de plus en plus. Nous avons mis en place un entraînement pour qu’il s’améliore de plus en plus à chaque course. »‎

‎Bien qu’il soit une recrue comme entraîneur quand il s’agit du Hambletonian, Wallin amène un cheval dans la finale du Hambletonian Oaks de 500 000 $ pour la quatrième fois avec Manon, qui est à 8 contre 1. Il est ‎‎l’un des cinq entraîneurs cette année‎‎ avec au moins un cheval à la fois dans le Hambletonian et le Oaks.‎

‎Le programme commence à midi samedi pour la « Journée du Hambletonian » remplie de stakes.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

19
Août.

Les trotteuses comme têtes d’affiche, vendredi

Par DANIEL DELISLE

Par un singulier concours de circonstances qui respecte en tous points le privilège des proprios et des entraîneurs, d’inscri...

Lire plus
19
Août.

Choix de Daniel “Le Prof” Delisle à H3R

Par DANIEL DELISLE

Choix gagnants : 95/227 – 41.9% Vendredi 19 août 1ère : 6-2-7-3 2e : 2-1-6-8 3e : 5-4-2-1 4e : 8-1-6-7 5e : 5-3-6-1...

Lire plus
19
Août.

Choix du vendredi 19 août

Par SALLE DE NOUVELLES

Saratoga (T) – 3e course : (1) GALERIO Gulfstream (T) – 6e course : (2) MARYQUITECONTRARY Monmouth Park (T) – 4e course...

Lire plus