Ben Baillargeon a bien commencé au retour des courses à Mohawk

Benoit Baillargeon

Ben Baillargeon a bien commencé au retour des courses à Mohawk

À 0h04, le 21 juin 2021 Par SALLE DES NOUVELLES/Dave Briggs, WEG

Benoit Baillargeon était plus que prêt lorsque les courses ont repris à la piste Woodbine Mohawk le vendredi 11 juin après deux mois de relâche à l’échelle de la province en raison de la COVID-19. Le vétéran entraîneur a remporté cinq de ses 13 départs jusqu’à mardi dernier et a récolté une part de la bourse dans toutes les courses sauf une, récoltant 47 920 $ avec une fiche de 5-2-1.

« Je ne me plains pas. J’ai eu cinq victoires et quelques secondes », a-t-il déclaré en riant.

L’équipe Baillargeon s’est imposée vendredi (11 juin) avec Voelz Delight, a enregistré des victoires avec HP Mama B et HP Napoleon samedi (12 juin) et a visité le cercle des vainqueurs à deux reprises lundi (14 juin) avec Dealin With Dewey et HP Bruxelles, respectivement.

« Ça fait du bien d’être de retour. L’année dernière, j’ai passé une excellente année, mais nous n’avions été arrêtés (à cause de la COVID-19) que deux mois. Cette année, nous avons été arrêtés près de quatre mois. Nous avons couru cinq, six semaines cet hiver et je viens de courir mes chevaux de course. Je compte sur le circuit OSS (Ontario Sires Stakes) pour faire mon année, mais on y arrivera. Nous serons correct. Espérons que ce sera le dernier confinement et que tout ira bien. »

Au cours de l’arrêt le plus récent, Baillargeon a envoyé neuf chevaux courir aux États-Unis sous les soins de sa fille et assistante en chef, Sara Baillargeon. Ben a dit qu’il avait des sentiments mitigés à propos de cette expérience.

« En fin de compte, mon expérience aux États-Unis a été correcte », a déclaré Ben. « Ce fut une bonne expérience pour Sara. On apprend toujours quelque chose et je suis resté en dehors de ça. J’ai dit : ‘Tu es seul pendant un moment.’ »

L’expérience a permis aux Baillargeon d’apprécier encore plus les courses en Ontario.

« J’ai dit à ma fille : « Vois-tu maintenant à quel point nous sommes bien en Ontario ? » Nous courons 12 mois par année et nous sommes à une demi-heure de Mohawk », a déclaré Ben. « Je l’ai envoyée là-bas avec neuf chevaux et elle passait cinq heures par jour sur la route. »

« Si vous êtes à Magical Acres et que vous devez aller à Yonkers, vous devez partir à midi pour participer à la deuxième course si vous avez besoin du Lasix. Si vous allez à Pocono, c’est un voyage de cinq heures dans le trafic. Vous êtes toujours sur la route là-bas. Ici, nous sommes très bien, mais je le savais et elle non. Je pense qu’elle sait maintenant. Il y a de très bonnes courses en Ontario. Dans mon livre, il n’y a pas de meilleur endroit. Le programme OSS est bon, les courses du Grand Circuit que nous avons sont bonnes. Ici à la maison, c’est 12 mois par année, quatre à cinq jours par semaine. Comment pouvez-vous battre ça? »

Cela dit, Ben a déclaré qu’il avait trouvé des points positifs lors de la pause dans les courses.

« Je suis heureux d’être de retour en course, ne vous méprenez pas, mais je vais avoir 63 ans le mois prochain. Cela ne me dérangeait pas vraiment de rester à la maison le soir, mais maintenant je suis heureux de courir », a-t-il déclaré. « Ce fut une petite pause… J’avais 28 chevaux ici. J’aime beaucoup ce nombre. Je peux travailler avec ça assez facilement. Mais je commençais à en avoir assez d’entraîner des chevaux, non pas du travail de l’entreprise, mais quand il n’y a pas de courses, chaque jour est une journée d’entraînement. »

Ben a dit qu’il s’attendait à de bonnes choses d’une écurie qui comprend « quelques-uns pour la plupart dans chaque classe » et a déjà de grands espoirs pour l’un de ses chevaux de 2 ans, bien qu’il souligne qu’il est beaucoup trop tôt pour en être certain.

« Nous avons une pouliche par Walner que nous avons achetée sans la voir. Nous avons vu la vidéo. Mon propriétaire Santo (Vena) l’a achetée. J’essayais d’en acheter à Timonium (la vente aux enchères de la Standardbred Horse Sales Company) et Santo avait l’ordinateur configuré pour enchérir en ligne et j’ai demandé à quelques personnes de regarder les chevaux pour moi. Ça a marché. »

« Tout ce que nous avions vu de cette pouliche était la vidéo. La mère est une sœur propre de Muscle Hill qui en a déjà produit un en :52. La vidéo était superbe et elle s’est vendue 32 000 $. Je n’ai rien fait. Je n’ai jamais eu personne pour la regarder. C’est une pouliche du 24 mai. J’ai dit à Santo : ‘C’est bon marché. Elle vaut ça juste pour la reproduction. Essayons.’ Nous avons offert 32 000 $ et nous l’avons eue. Elle s’appelle Watts Hanover. Je l’ai fait examiner avec des radiographies et il n’y avait pas d’éclats d’os, rien. Tout était bien. Elle a été géniale tout l’hiver. J’ai été en 2:05 avec elle. On ne sait jamais à quel point on est bon jusqu’à ce qu’on affronte la concurrence. Vous pouvez être bon, mais il peut y en avoir cinq meilleurs que vous et cela vous donnera la sixième place. Vous ne gagnez pas d’argent avec la sixième place. Mais jusqu’ici tout va bien. »

Pour le Team Baillargeon, jusqu’ici tout va bien aussi depuis le retour des courses.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

1
Août.

Doublé Guy Gagnon dans le Trophée des Éleveurs

Par DANIEL DELISLE

Guy Gagnon était on ne peut plus heureux à l’issue de ses quelques présences en piste à H3R. Non seulement a-t-il gagné une d...

Lire plus
1
Août.

La rentrée de YS Do It Right

Par DANIEL DELISLE

Il y aura de l’action ce dimanche dans la 2e tranche des éliminatoires du Trophée des Éleveurs alors que pas moins de quatorz...

Lire plus
1
Août.

Hippodrome 3R : Choix de Daniel “Le Prof” Delisle

Par DANIEL DELISLE

Choix gagnants : 80/212 – 37.7% Dimanche 1er août 1ère : 1-9-7-4 2e : 8-9-3-2 3e : 3-1-6-5 4e : 4-1-2-7 5e : 5-1-3-...

Lire plus