Réflexions sur les courses avec Alan Schwartz

Réflexions sur les courses avec Alan Schwartz

À 1h22, le 16 juin 2021 Par SALLE DES NOUVELLES/KEN WEINGARTNER, USTA

Alan Schwartz n’a pas grandi dans une ferme et ses parents ou ses grands-parents n’étaient pas du milieu des courses sous harnais. Il a cependant aimé le sport à un jeune âge, même qu’il était un peu rusé pour satisfaire son intérêt.

« Quand j’avais 17, 18 ans, je travaillais dans les hôtels des montagnes Catskill, et nous avions l’habitude de nous faufiler à Monticello et de regarder les courses », a-t-il déclaré. « C’était à son apogée. »

Et s’est-il déjà fait prendre ?

« Je ne pense pas », a déclaré Schwartz en riant. « Je m’en serais souvenu. J’avais aussi l’habitude de me faufiler au stade Ebbets Field pour regarder jouer les Dodgers de Brooklyn, et ils ne m’ont jamais attrapé. »

Malgré ses premières frasques, le natif de New York n’a pas vraiment mené une vie de criminel. Bien au contraire, en fait, Schwartz est un vétéran du Vietnam qui a servi dans les Marines avant de diriger une prospère entreprise de déménagement.

Bien que Schwartz, qui aura 76 ans en août, ait commencé tardivement dans les courses sous harnais, il a de belles « Réflexions sur les courses » qu’il est heureux de partager. Maintenant dans sa 34e année, Schwartz est le premier conducteur amateur actif pour les victoires avec 624 et les chevaux qu’il a conduits ont gagné 2,54 millions de dollars en bourses. En tant qu’entraîneur, il compte 78 victoires et 498 395 $ en gains.

Alan s’est lancé dans les Standardbreds en 1972 à l’âge de 26 ans, lorsque son cousin, Irving Braverman, l’a approché pour un achat.

« Il s’est impliqué dans la conduite et l’entraînement », a déclaré Schwartz. « Il l’a fait pendant une courte période. Je possédais quelques chevaux avec lui à l’époque. Nous étions assez proches à l’époque, et il m’a demandé si je voulais être partenaire dans un cheval ou deux. Il a eu un peu de succès, pas beaucoup, et en est sorti à ce moment-là. »

Avance rapide jusqu’en 1986, lorsque l’ami Jerry Hade a convaincu Schwartz de s’associer avec lui dans Curragh, un frère propre du champion du monde Albert Albert. Curragh a commencé à avoir du succès à Roosevelt et Yonkers, ce qui a conduit à une implication accrue de Schwartz.

« C’était un catalyseur pour moi de descendre, jogger des chevaux », a-t-il déclaré. « J’ai entendu dire qu’il y avait un club amateur à Monticello, que j’ai rejoint à l’époque et c’est comme ça que j’ai commencé. »

« En 1988, nous avons eu un gars du nom de Ronnie Ingrassia qui a entraîné pour nous. Je vivais à Long Island à l’époque, il m’a dit « Pourquoi ne descends-tu pas et ne commences-tu pas à jogger des chevaux? », ce que j’ai fait le week-end. C’est entré dans mes veines, et c’est là depuis. »

La première conduite d’Alan a eu lieu à l’âge de 43 ans.

« C’était effrayant; il m’a fallu un certain temps pour comprendre », a-t-il déclaré.

Il a compris depuis, car « on n’apprend pas à un vieux signe comment faire la grimace ». Pendant 11 ans, il a dirigé son entreprise de déménagement tout en conduisant et en entraînant. Lorsqu’on lui a demandé s’il y avait assez d’heures dans la journée, Schwartz a répondu: « Il n’y a toujours pas assez d’heures dans la journée. »

Après avoir vendu l’entreprise, il est devenu conducteur-entraîneur à temps plein en 1999 et, malgré ses débuts tardifs chez les Standardbreds, il n’a jamais eu d’inquiétudes.

« J’avais hâte de me lever le matin et de commencer », a déclaré Schwartz. « J’ai été entraîneur parce qu’il s’agissait essentiellement de voir ce que vous devez faire pour les amener à un niveau et les maintenir à ce niveau. »

Alan attaque les deux cotés avec le même zèle.

« Je dirais que c’est la totale », a-t-il déclaré. « J’aime les entraîner, les faire courir, travailler avec eux, être avec eux. Je fais un peu d’élevage ici et là. J’aime juste tout. »

Schwartz ne montre aucun signe de ralentissement. Il a deux victoires comme entraîneur et 12 182 $ en gains en 24 départs cette année, ainsi que deux victoires comme conducteur et 13 958 $ en gains en 25 départs.

Il est également président de la Monticello Harness Horsemen’s Association.

En regardant sa carrière, son cheval préféré est Iroquoindiangiver, qui a gagné un demi-million de dollars et a remporté la finale du circuit New York Sire Stakes à 2 et 3 ans avec Wally Hennessey aux guides en 2002-2003.

« Nous l’avons acheté pour 5 000 $ en tant que yearling au Morrisville College », a déclaré Schwartz. « Après qu’il soit devenu champion de l’État de New York, j’ai commencé à le conduire et c’était une Cadillac. Juste un excellent cheval avec lequel travailler, être autour et courir. Il pouvait revenir par l’arrière, aller devant, tout ce que vous lui demandiez de faire. »

Le cheval était tout aussi agréable à l’écurie.

« C’était un personnage », a déclaré Schwartz. « Je le taquinais toujours avec des biscuits et des trucs. Il me taquinait en retour. Nous avions une très bonne relation. Il m’aimait bien, marchait droit devant moi. C’était un ami. »

Le moment préféré d’Alan fut quand il a gagné avec deux 3 ans à la piste Buffalo dans les New York Sire Stakes. Son moment le plus mémorable est survenu en Australie en 1996 lors de la première de ses quatre participations à la Coupe du monde.

« La dernière et la plus grande course s’est déroulée sur une piste appelée Moonee Valley ; c’est supposé être la plus grande piste du pays », se souvient Schwartz. « Ils ont pris 12 conducteurs, nous ont tous placé dans une pièce, ont pris tous les noms des chevaux et les ont mis dans un seau et nous ont fait choisir par ordre alphabétique des pays. »

Comme l’Amérique était répertoriée comme « United States of America », Schwartz a choisi le dernier. C’était assez inespéré.

« Ce fut Australie, Autriche, Belgique, Canada, et ainsi de suite », a-t-il déclaré. « J’ai choisi un cheval, je ne me souviens pas du nom – quelque chose de Sugar. Brown Sugar, quelque chose comme ça. C’était une jument qui venait de se qualifier et n’avait pas couru depuis plus de six mois. J’ai obtenu la 12e position ou quelque chose comme ça. »

« Pour faire court, j’ai gagné la course, et en revenant dans le cercle des vainqueurs, ils ont joué l’hymne national américain. Il y avait plein de photographes là-bas. C’était quelque chose. C’était l’une des courses les plus mémorables de toutes. »

Cela devait donner des frissons à un gars qui s’est battu pour son pays.

« C’était fantastique », a-t-il déclaré.

Schwartz a également participé à des Coupes du monde à Moscou, en Belgique et à Paris, car son métier l’a amené à voir le monde.

« Ce fut une aventure, dit-il. « Vous êtes là avec d’autres clubs amateurs. Vous n’y allez pas en tant que touriste, vous y allez en tant qu’amis à eux et ils vous emmènent dans des endroits que vous ne voyez jamais en tant que touriste. Nous avons noué d’excellentes relations partout dans le monde. Nous communiquons toujours avec des personnes en Nouvelle-Zélande, Australie, Allemagne, France. Cela a été fantastique. »

En ce qui concerne les autres chevaux mémorables, Schwartz a un faible pour la plupart des membres de la famille d’Iroquoindiangiver. Mais en fin de compte, chaque animal qu’il a pris soin a une signification particulière.

« Une chose à propos des chevaux, ils vous donnent 110% », a-t-il déclaré. « Qu’ils en aient la capacité ou non, ils essaient. Et c’est ce que j’aime chez eux. Ils donnent leur coeur. N’importe quel cheval, pour la plupart, vous donnerait 110%. »

En tant que président de la MHHA, Schwartz donne également 110% alors qu’il l’a guidé avec succès tout au long de l’arrêt dû à la COVID-19 l’année dernière. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait assumé une telle responsabilité, il a répondu : « C’est une bonne question. Je me pose cette question. Je suppose que c’est parce que j’avais une certaine expérience des affaires, je faisais partie du conseil d’administration et cela semblait être un cheminement naturel. »

Mais ce n’était probablement pas sur son radar à l’époque où il esquivait ces preneurs de billets.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

1
Août.

Doublé Guy Gagnon dans le Trophée des Éleveurs

Par DANIEL DELISLE

Guy Gagnon était on ne peut plus heureux à l’issue de ses quelques présences en piste à H3R. Non seulement a-t-il gagné une d...

Lire plus
1
Août.

La rentrée de YS Do It Right

Par DANIEL DELISLE

Il y aura de l’action ce dimanche dans la 2e tranche des éliminatoires du Trophée des Éleveurs alors que pas moins de quatorz...

Lire plus
1
Août.

Hippodrome 3R : Choix de Daniel “Le Prof” Delisle

Par DANIEL DELISLE

Choix gagnants : 80/212 – 37.7% Dimanche 1er août 1ère : 1-9-7-4 2e : 8-9-3-2 3e : 3-1-6-5 4e : 4-1-2-7 5e : 5-1-3-...

Lire plus