Saftic vise un objectif en 2021

(New Image Media photo)

Saftic vise un objectif en 2021

À 0h02, le 3 juin 2021 Par SALLE DES NOUVELLES/Chris Lomon, WEG Communications

Mike Saftic prend un bref instant pour réfléchir à la question. Il devra attendre un peu pour avoir sa réponse.

Membre de la colonie de conducteurs de la piste Woodbine Mohawk depuis plus de trois décennies, Saftic, qui compte près de 5 400 victoires en carrière à son actif, n’a jamais été du genre à vanter ses succès passés.

Pas quand il y a encore des courses à gagner et des courses à gros enjeux à poursuivre.

Le conducteur dont les couleurs sont ornées de feuilles d’érable a un événement particulier sur son radar pour 2021.

« Je suis ravi de reprendre la compétition. Peut-être que je pourrais gagner le [600 000 $] Maple Leaf Trot [le 4 septembre à Woodbine Mohawk]. Je n’ai pas encore gagné cette course, donc ce serait bien de dire que j’en ai eu une. »

Ce jour-là, Saftic rentrait chez lui après une matinée de qualifications à Mohawk tenue par une matinée pluvieuse et venteuse. Mais même la boue dans les yeux, littéralement, et les pluies battantes n’ont pas freiné l’enthousiasme du vétéran.

Après tout, être de retour sur la piste, quelles que soient les conditions difficiles, est une scène bienvenue pour Saftic et les hommes de chevaux de toute la province.

« C’était bien de remonter dans le sulky. C’était une sensation vraiment agréable. Évidemment, ce n’était pas du beau temps, mais je pense que tout le monde sait que ces qualifications signifient que nous nous rapprochons du retour. Donc, quand vous êtes là-bas, vous sentez l’adrénaline monter et cela vous rend à nouveau enthousiasme par la compétition. »

Saftic, né à Sudbury, a hâte d’aligner un cheval derrière la barrière pour le premier sprint en direct à Mohawk depuis que la COVID-19 a interrompu les courses dans tout l’Ontario au début d’avril.

« Je suis vraiment excité à l’idée de m’y remettre. Avant cette pandémie, je pensais en quelque sorte à ralentir et à prendre un congé. Mais la COVID m’a forcé à le faire, et maintenant, j’ai hâte de retourner. C’est un mode de vie depuis si longtemps que je ne prends pas pour acquise l’importance de faire partie de cette industrie. »

Alors qu’il aura moins de chevaux en piste que la majorité de ses confrères à Mohawk, Saftic est impatient de voir comment les choses se dérouleront pour certains de ses plus jeunes porte-couleurs.

Travailler avec des entraîneurs et des trotteurs débutants continue d’être une partie chère de sa vie de conducteur.

« Il n’y en a pas beaucoup qui seront de retour cette année, mais il y a quelques jeunes que j’ai hâte de voir comment ils se développeront. Je n’ai pas ce soi-disant « grand cheval », mais j’espère qu’il y aura certains de ces jeunes qui s’amélioreront et nous donneront des victoires mémorables. »

« Plus on vieillit, plus on apprécie de plus en plus les jeunes chevaux. Vous pouvez leur apprendre et les guider dans leur carrière. Vous leur enseignez et ils vous enseignent. C’est un scénario où vous et les chevaux apprenez quelque chose tout le temps. Il y a vraiment quelque chose de spécial à faire partie du développement d’un jeune cheval. »

C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles Saftic, dont le meilleur total de victoires en carrière en une saison est de 246 en 2000, et la campagne la plus lucrative est de 6,7 millions de dollars en 2002, n’est pas encore tout à fait prêt à raccrocher ses habits.

Bien que le plan était de ralentir les choses il y a quelques années, cela ne s’est pas tout à fait déroulé de cette façon.

Non pas qu’il déplore la situation.

« Je pense ralentir un peu maintenant. Mais si je le fais longtemps, je me rendrai compte à quel point j’apprécie mon travail. Pendant la pandémie, cela m’a fait revenir sur certains des grands chevaux que j’ai eu la chance de conduire. J’ai apprécié à ce moment, mais j’apprécie vraiment maintenant, plus je vieillis. Mais vous savez, cette industrie, ça n’a jamais été comme du travail pour moi. Me voici, je viens de qualifier sous la pluie et la boue, et je suis toujours de bonne humeur car quelques trotteurs avaient l’air vraiment bon là-bas. »

L’un d’eux pourrait peut-être offrir à Saftic, intronisé au Temple de la renommée sportive de Sudbury en 2016, un triomphe au Maple Leaf Trot.

Ce serait un titre bienvenu pour lui.

« Et voilà… Saftic gagne le Maple Leaf Trot », a-t-il offert en riant.

Les chances sont de 1 à 9 qu’il fera de son mieux.

 

Page 1 Copy 2 Created with Sketch. Articles connexes

20
Sep.

Jour de gloire pour Droit De Replique et Captain Dragon

Par DANIEL DELISLE

Les handicapeurs de tous crins se sont fait la dent en ce dimanche sur un programme qui ne révélait pas facilement ses secret...

Lire plus
20
Sep.

Les finales du Commonwealth prévues lundi à The Red Mile

Par THE RED MILE

Parallèlement au Kentucky Championship au cours du mois dernier, les chevaux âgés de deux et trois ans de chaque sexe et allu...

Lire plus
20
Sep.

Le Quillen Memorial en vedette lundi à Harrington

Par HARRINGTON RACEWAY

La 14e édition du Bobby Quillen Memorial de 150 000 $ est la tête d’affiche du programme du lundi 20 septembre à la piste Har...

Lire plus